Que retenir de ce 82e jour de guerre en Ukraine?

Un soldat de l'unité des forces spéciales ukrainiennes du Kraken passe devant l'épave du village de Rus'ka Lozova, au nord de Kharkiv. 
Photo: Dimitar Dilkoff Agence France-Presse Un soldat de l'unité des forces spéciales ukrainiennes du Kraken passe devant l'épave du village de Rus'ka Lozova, au nord de Kharkiv. 

Sans gaz russe, une facture hongroise de 15 à 18 millions d’euros

Le ministre ukrainien des Affaires étrangères, Dmytro Kouleba, était à Bruxelles lundi pour discuter entre autres de nouvelles sanctions contre la Russie.

Ses homologues de l’Union européenne y sont réunis pour tenter de faire débloquer un projet d’embargo sur les importations de pétrole russe — refusé par la Hongrie, qui en est très dépendante, au grand dam des États membres les plus proches de Kiev. « Toute l’Union est malheureusement prise en otage par un État membre qui ne peut pas nous aider à trouver un consensus », a déploré le chef de la diplomatie lituanienne, Gabrielius Landsbergis.

Pour le chef de la diplomatie hongroise, Peter Szijjarto, « les Hongrois attendent légitimement une proposition de solution pour financer les investissements [de nouvelles infrastructures] et compenser des hausses de prix, un coût global de l’ordre de 15 à 18 milliards d’euros ».

Des combattants évacués d’Azovstal

À Marioupol, dans le sud du Donbass, plus de 260 combattants ukrainiens ont été évacués lundi de l’aciérie Azovstal, dernier bastion de résistance ukrainienne dans ce port stratégique, a annoncé la vice-ministre ukrainienne de la Défense, Ganna Malyar. Quelque « 53 blessés graves ont été évacués d’Azovstal vers Novoazovsk pour assistance médicale et 211 autres ont été transportés à Olenivka par un couloir humanitaire », a-t-elle déclaré.

Ces localités sont situées en territoire contrôlé par les forces russes et prorusses dans l’est de l’Ukraine, mais Ganna Malyar a précisé que les combattants devaient être à l’avenir rapatriés en territoire contrôlé par l’Ukraine, « dans le cadre d’une procédure d’échange ».

Un entrepôt de nitrate d’ammonium touché

Un entrepôt dans lequel était stocké du nitrate d’ammonium a été touché par une frappe russe dans la région de Kharkiv, dans le nord-est de l’Ukraine, ont annoncé lundi les autorités régionales.

« L’explosion dans la région de Kharkiv ne constitue pas une menace pour la population locale », a assuré sur sa page Telegram le gouverneur de la région voisine de Donetsk, accompagnant son message d’une photographie montrant un impressionnant nuage de fumée orange s’élevant au-dessus des champs.

« Un obus russe a touché un entrepôt sur le territoire de la région de Kharkiv, où, selon les informations préliminaires, du nitrate d’ammonium était stocké », a-t-il précisé, ajoutant que « la colonne de fumée pourrait effrayer, mais [qu’]il n’y a pas de raison de paniquer ».

McDonald’s quitte définitivement la Russie

Après plus de 30 ans de présence en Russie, McDonald’s a annoncé lundi se retirer entièrement du pays et vendre ses activités en réaction à l’invasion de l’Ukraine. « La crise humanitaire provoquée par la guerre en Ukraine et l’environnement économique imprévisible en ayant découlé ont conduit McDonald’s à conclure que la poursuite de ses opérations en Russie n’était plus tenable ni cohérente avec ses valeurs », a indiqué le géant américain dans un communiqué.

La chaîne compte environ 850 établissements et 62 000 salariés dans le pays. Plus de 80 % des restaurants y portant son nom sont directement gérés par le groupe, pour qui la Russie représentait en 2021 environ 9 % du chiffre d’affaires total et 3 % du bénéfice d’exploitation.

À voir en vidéo