Que retenir de ce 48e jour de guerre en Ukraine?

Le président Zelensky a dénoncé des centaines de cas de viol, lors d'une allocution vidéo devant le Parlement lituanien. 
Photo: Mindaugas Kulbis Associated Press Le président Zelensky a dénoncé des centaines de cas de viol, lors d'une allocution vidéo devant le Parlement lituanien. 

Des Ukrainiens de retour au bercail…

Plus de 870 000 Ukrainiens sont rentrés chez eux depuis le début de la guerre, a annoncé mardi le service des gardes-frontières du pays.

« Actuellement, entre 25 000 et 30 000 Ukrainiens par jour regagnent leur patrie. Contrairement aux premiers jours, quand il s’agissait essentiellement d’hommes, il y a maintenant aussi des femmes, des enfants et des personnes âgées », a déclaré le porte-parole Andriï Demtchenko.

« Ils disent qu’ils voient que la situation est plus sûre, surtout dans les régions occidentales, et qu’ils ne peuvent plus rester à l’étranger : ils sont prêts à revenir au pays et à rester ici », a-t-il expliqué.

Plus de 4,6 millions de réfugiés ont fui l’Ukraine depuis le début du conflit, selon un bilan de l’ONU dressé en date de mardi.

… mais les évacuations se poursuivent

Des centaines de civils quittent toutefois l’est de l’Ukraine chaque jour, comme une offensive russe de grande envergure y serait imminente. En bus ou en train, des habitants des villes jumelles de Kramatorsk et de Sloviansk continuent d’être évacués, de même que les populations des régions de Louhansk et de Donetsk, d’où six trains d’évacuation devaient partir mardi, selon l’administration régionale.

Des évacuations se poursuivent aussi discrètement dans l’autre sens, soit vers les territoires prorusses. Des convois de voitures, souvent de vieilles Lada, valises sur le toit, passent chaque jour vers le nord sous contrôle de l’armée russe, avec l’accord tacite des soldats ukrainiens aux derniers points de contrôle.

Le Kremlin, de façon assumée, entend mettre la main sur les districts frontaliers de Louhansk et de Donetsk avant le 9 mai, jour anniversaire de la défaite nazie contre l’armée soviétique en 1945.

Minuit moins une à Marioupol

L’étau se resserre sur Marioupol, ville assiégée et coupée du monde depuis plus de 40 jours, où les combats et bombardements russes auraient fait « entre 20 000 et 22 000 » morts depuis la fin février, selon les autorités régionales. Le gouverneur ukrainien de la région de Donetsk, Pavlo Kirilenko, a admis mardi n’avoir « presque plus de contacts » avec Marioupol et qu’il était donc « difficile d’évoquer un nombre de victimes ».

Selon le conseiller présidentiel ukrainien Mykhaïlo Podoliak, sur Twitter, « les soldats ukrainiens sont encerclés et bloqués » dans la ville, où « 90 % des maisons » ont été détruites.

Kiev et les Occidentaux accusent les forces russes de vouloir recourir à des « agents chimiques » pour déloger les soldats ukrainiens retranchés dans la ville. Les États-Unis ont fait état mardi d’« informations crédibles » en ce sens, et l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) s’est également dite « préoccupée » par ces informations, sur lesquelles le Royaume-Uni avait déjà mis en garde lundi.

Biden accuse Poutine de « génocide »

Le président américain Joe Biden a pour la première fois accusé son homologue russe Vladimir Poutine de mener un « génocide ». Le mot était jusque-là employé par le président ukrainien Volodymyr Zelensky mais jamais par l’administration américaine. « Oui, j’ai appelé ça un génocide », a dit Joe Biden à des journalistes lors d’un déplacement dans l’Iowa, quelques heures après avoir évoqué ce terme lors d’un discours consacré à la lutte contre l’inflation.

« Il est de plus en plus clair que Poutine essaie simplement d’effacer l’idée même de pouvoir être un Ukrainien », a développé le président américain. Si « les avocats, au niveau international », trancheront sur la qualification de génocide, « pour moi, cela y ressemble bien », a-t-il assuré.

Affirmant que les « preuves s’accumulaient » concernant les « choses horribles qu’ont faites les Russes en Ukraine », le démocrate a prédit que le monde « en découvrirait encore davantage sur la dévastation »

Zelensky dénonce « des centaines de viols »

Le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, a dénoncé mardi « des centaines de cas de viol » constatés dans les zones précédemment occupées par l’armée russe, « y compris de jeunes filles mineures et de tout petits enfants ».« Dans les zones libérées des occupants, l’enregistrement et l’enquête sur des crimes de guerre commis par la Russie se poursuivent. Presque quotidiennement, on trouve de nouvelles fosses communes », a-t-il déclaré lors d’une allocution vidéo devant le Parlement lituanien.« Des milliers et des milliers de victimes. Des centaines de cas de torture. On continue de trouver des corps dans les canalisations et les caves, a-t-il poursuivi. Des centaines de cas de viol ont été enregistrés. »

Une vingtaine de yachts saisis aux Pays-Bas

 

Les autorités douanières néerlandaises ont annoncé mardi avoir immobilisé plusieurs yachts, visiblement destinés à des oligarques russes, dans des chantiers navals du pays.« À la suite des sanctions décidées contre la Russie et la Biélorussie, les douanes ont placé 20 yachts dans neuf chantiers navals et commerçants sous surveillance accrue », ont-elles déclaré par communiqué. « Parce que ces 20 yachts sont sous surveillance accrue, ils ne sont pas autorisés à être livrés, transférés ou exportés. »En date de mardi, la France a également immobilisé quatre cargos et quatre yachts, pour une valeur supérieure à 170 millions de dollars, ainsi que six hélicoptères, en plus de saisir des œuvres d’art d’une valeur totale de près de 10 millions de dollars .

Avec l’Agence France-Presse

À voir en vidéo