L’invasion de l’Ukraine pourrait être imminente, selon un responsable américain

Des troupes américaines supplémentaires arrivent en Pologne après que le président Joe Biden a ordonné le déploiement de 1 700 soldats face à la menace d'une invasion russe de l'Ukraine.
Photo: Czarek Sokolowski Associated Press Des troupes américaines supplémentaires arrivent en Pologne après que le président Joe Biden a ordonné le déploiement de 1 700 soldats face à la menace d'une invasion russe de l'Ukraine.

Un conseiller à la sécurité nationale des États-Unis, Jake Sullivan, a prévenu dimanche que la Russie pourrait envahir l’Ukraine « à tout moment », ce qui déclencherait un conflit à l’« énorme coût humain ».

Le proche conseiller du président américain a lancé un autre avertissement le lendemain de la confirmation, par les responsables américains, du fait que la Russie a rassemblé au moins 70 % de la force de frappe qu’elle a probablement l’intention de mettre en place d’ici le milieu du mois pour donner au président Vladimir Poutine la possibilité de lancer une invasion de l’Ukraine à grande échelle.

M. Sullivan n’a pas directement répondu aux rumeurs selon lesquelles la Maison-Blanche a informé les législateurs qu’une invasion russe pourrait conduire à la capture rapide de Kiev et potentiellement faire jusqu’à 50 000 victimes.

Des responsables américains, qui ont demandé à ne pas être nommés, ont décrit une série d’indicateurs indiquant que Poutine a l’intention de lancer une invasion dans les semaines à venir, bien que la taille et l’ampleur de celle-ci ne soient pas encore claires. Ils ont souligné qu’une solution diplomatique semble rester possible.

Parmi ces indicateurs militaires, un exercice nucléaire de la Russie, qui a généralement lieu chaque automne, a été reporté de la mi-février à mars. Cela coïncide avec ce que les responsables américains considèrent comme la fenêtre la plus probable pour une invasion.

De plus, la semaine dernière, des responsables du gouvernement Biden ont dit que les services de renseignement américains avaient découvert que le Kremlin se préparait à mettre en scène une fausse attaque des forces ukrainiennes, que la Russie pourrait utiliser comme prétexte pour mener une action militaire contre son voisin.

Le porte-parole du Pentagone, John Kirby, a indiqué jeudi que le plan comprenait la production d’une vidéo de propagande qui montrerait des explosions et utiliserait des cadavres et des acteurs jouant des personnes en deuil.

Pendant ce temps, des troupes d’élite américaines ont débarqué dimanche dans le sud-est de la Pologne, près de la frontière avec l’Ukraine, à la suite des ordres du président Biden d’y déployer 1700 soldats. Des militaires sont également déployés en Roumanie et en Allemagne.

M. Biden doit rencontrer le chancelier allemand, Olaf Scholz, lundi à la Maison-Blanche.

Le président français, Emmanuel Macron, devait arriver lundi à Moscou pour s’entretenir avec Vladimir Poutine, et il y sera ensuite rejoint par M. Scholz.

Par ailleurs, M. Sullivan a exprimé sa certitude que l’exploitation du gazoduc Russie-Allemagne Nord Stream 2 « n’ira pas de l’avant » si la Russie envahit l’Ukraine. La construction du gazoduc est terminée, mais le gaz n’y circule pas encore.

À voir en vidéo