L’Italie souligne les 10 ans du naufrage meurtrier du Costa Concordia

Le 10e anniversaire rappelle également comment les habitants de Giglio ont accueilli les 4 200 passagers et membres d’équipage, leur donnant de la nourriture, des couvertures et un endroit pour se reposer.
Photo: Andrew Medichini Associated Press Le 10e anniversaire rappelle également comment les habitants de Giglio ont accueilli les 4 200 passagers et membres d’équipage, leur donnant de la nourriture, des couvertures et un endroit pour se reposer.

L’Italie célèbre jeudi le 10e anniversaire de la catastrophe du paquebot de croisière Costa Concordia. La commémoration d’une journée se termine par une veillée aux chandelles marquant le moment où le navire a percuté un récif puis a chaviré au large de l’île toscane de Giglio.

Les cloches ont sonné alors qu’une messe commémorative commençait dans l’église de Giglio pour honorer les 32 personnes décédées lors du naufrage du 13 janvier 2012. C’est la même église qui a ouvert ses portes et a accueilli des centaines de survivants par cette nuit glaciale, leur offrant un abri à leur arrivée à terre dans des canots de sauvetage.

« Je vous invite à avoir le courage de regarder vers l’avant, a déclaré l’évêque de Grosseto Giovanni Roncari aux proches des morts, aux survivants et aux responsables de la Garde côtière qui ont aidé à coordonner le sauvetage cette nuit-là. L’espoir n’annule pas la tragédie et la douleur, mais il nous apprend à regarder au-delà du moment présent sans l’oublier. »

Sous un soleil radieux, les survivants et leurs proches ont ensuite prévu de déposer une couronne dans l’eau où l’imposant paquebot s’est finalement immobilisé sur le côté au large de la côte de Giglio. Le capitaine du Concordia, Francesco Schettino, purge une peine de 16 ans de prison pour avoir ordonné à l’équipage de faire dévier le navire pour se rapprocher de l’île afin de saluer les résidents. Il a ensuite retardé un ordre d’évacuation et abandonné le navire avant que tous les passagers et l’équipage ne soient évacués.

Le 10e anniversaire rappelle également comment les habitants de Giglio ont accueilli les 4 200 passagers et membres d’équipage, leur donnant de la nourriture, des couvertures et un endroit pour se reposer, puis ont vécu avec la carcasse du Concordia pendant encore deux ans jusqu’à ce qu’elle soit redressée et évacuée.

Ces résidents ont chaleureusement accueilli Kevin Rebello, dont le frère Russel Rebello, un serveur du Concordia, était la dernière personne portée disparue jusqu’à ce que sa dépouille soit découverte lors du démantèlement du navire en 2014 dans un chantier naval de Gênes.

Kevin Rebello était devenu proche de nombreux habitants de Giglio pendant les mois où les plongeurs recherchaient son frère. Jeudi, alors qu’il arrivait à l’église pour la messe commémorative, il a reçu un prix de l’Agence de la protection civile.

« C’est pour lui, a déclaré Kevin Rebello aux journalistes en tenant la plaque. Il en serait fier. »

Une commémoration en contexte de pandémie

L’anniversaire survient alors que l’industrie des navires de croisière, fermée dans une grande partie du monde pendant des mois en raison de la pandémie, est à nouveau sous les projecteurs en raison des cas de COVID-19 qui menacent la sécurité des passagers. Le mois dernier, les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) des États-Unis ont averti de ne pas faire de croisières, quel que soit le statut vaccinal des passagers, en raison des risques d’infection.

Pour les survivants du Costa Concordia, les infections de COVID-19 sur les navires de croisière ne sont que la dernière preuve que la sécurité des passagers n’est toujours pas une priorité absolue pour l’industrie. Ils avaient été en grande partie laissés à eux-mêmes pour trouver des gilets et des canots de sauvetage fonctionnels après que le capitaine a retardé un ordre d’évacuation jusqu’à ce qu’il soit trop tard. De nombreux canots de sauvetage n’ont pas pu descendre à l’eau parce que le navire gîtait trop.

La passagère Ester Percossi s’est souvenue avoir été jetée au sol dans la salle à manger par l’impact initial du récif entaillant la coque, ce qui, selon elle, ressemblait à « un tremblement de terre ». Les lumières se sont éteintes et des bouteilles, des verres et des assiettes ont volé des tables et sur le sol.

« Nous nous sommes levés et avec beaucoup d’efforts nous sommes sortis sur le pont et là nous avons récupéré les gilets de sauvetage, ceux que nous pouvions trouver, parce que tout le monde se les arrachait les uns aux autres, pour se sauver, se souvient-elle. Il n’y avait pas de loi. Juste la survie et c’est tout. »

Costa Croisières n’a pas répondu aux courriels demandant des commentaires sur l’anniversaire.

Cruise Lines International Association (CLIA), la plus grande association professionnelle de l’industrie des croisières au monde, a souligné dans une déclaration à l’Associated Press que la sécurité des passagers et de l’équipage était la priorité absolue de l’industrie et que la croisière reste l’une des expériences de vacances les plus sûres disponibles.

« Nos pensées continuent d’être avec les victimes de la tragédie du Concordia et leurs familles en ce triste anniversaire », a déclaré la CLIA, qui dit avoir travaillé au cours des 10 dernières années avec l’Organisation maritime internationale et l’industrie maritime pour « développer une culture de sécurité basée sur l’amélioration continue ».

À voir en vidéo