Le gouvernement belge se range du côté de la culture

Plusieurs milliers de personnes avaient manifesté dimanche à Bruxelles pour réclamer le retrait d’une mesure jugée d’autant plus discriminatoire que, dans le même temps, les restaurants et les cafés restaient ouverts.
Photo: Nicolas Maeterlinck/Belga/Agence France-Presse Plusieurs milliers de personnes avaient manifesté dimanche à Bruxelles pour réclamer le retrait d’une mesure jugée d’autant plus discriminatoire que, dans le même temps, les restaurants et les cafés restaient ouverts.

Désavoué par la justice, le gouvernement belge a fait marche arrière mercredi en rouvrant les salles de spectacle et de cinéma, fermées la semaine dernière pour lutter contre le variant Omicron, une décision qui avait suscité la fronde des milieux artistiques. Une jauge de 200 personnes, fortement contestée, a toutefois été maintenue.

Le gouvernement avait décidé le 22 décembre la fermeture des théâtres, salles de spectacle et cinémas, pour au moins deux semaines à compter du 26 décembre, provoquant la rébellion d’une partie du secteur qui avait décidé de braver l’interdit et de maintenir ces lieux ouverts.

Plusieurs milliers de personnes avaient manifesté dimanche à Bruxelles pour réclamer le retrait d’une mesure jugée d’autant plus discriminatoire que, dans le même temps, les restaurants et les cafés restaient ouverts. La marche arrière du gouvernement était attendue après la décision mardi du Conseil d’État, saisi en urgence, qui a suspendu cette fermeture.

Pour la plus haute juridiction administrative, les autorités n’ont pas démontré « en quoi les salles de spectacle relevant du secteur culturel seraient des lieux particulièrement dangereux pour la santé et la vie des personnes en tant qu’ils favoriseraient la propagation du coronavirus, au point qu’il soit nécessaire d’en ordonner la fermeture ».

Avant même cet arrêt, le président du parti socialiste, qui appartient à la coalition gouvernementale, avait regretté un faux pas : « il faut avoir l’humilité de le reconnaître : collectivement, on s’est plantés », avait déclaré lundi Paul Magnette.

Saisi par le producteur d’un spectacle humoristique à Auderghem, en banlieue de Bruxelles, le Conseil d’État ne s’était prononcé que sur les salles de théâtre et de spectacle, pas sur les cinémas.

Le gouvernement les a inclus, ainsi que le secteur événementiel, dans sa décision mercredi. En pratique, la Belgique revient aux règles arrêtées le 3 décembre : uniquement des places assises, port du masque obligatoire, passeport sanitaire à partir de 50 personnes et un maximum de 200 spectateurs.

Avant même cette décision, Kinepolis, le plus gros exploitant de cinémas du pays, avait annoncé reprendre ses projections mercredi, tandis que son rival UGC prévoyait de rouvrir ses salles jeudi.

« Pour la première fois, des mesures [anti-COVID] ont suscité une réaction extrêmement importante de la société civile, et le Conseil d’État a dénoncé un comportement illégal, discriminatoire et disproportionné du gouvernement », a déclaré l’avocat Jacques Englebert, qui défendait les cinémas.

« Jauge discriminatoire »

Du côté des théâtres et des salles de spectacle, qui saluent « une belle victoire », le maintien d’un seuil maximum de 200 personnes suscite cependant l’incompréhension. Elle « est discriminatoire, car elle s’applique à l’ensemble du secteur sans considérer les caractéristiques des salles », critique Pierre-Arnaud Perrouty, directeur de la Ligue des droits humains, tout en se félicitant que le gouvernement soit revenu sur « une mauvaise décision ».

Plusieurs fédérations sportives se sont engouffrées dans la brèche en réclamant mercredi un allègement des restrictions sanitaires interdisant la présence de public dans les stades, menaçant de recourir elles aussi au Conseil d’État.

« Ce sera au cas par cas. Chacun devra apporter les preuves d’un traitement disproportionné », avertit Me Englebert, soulignant que pour la culture, « une atteinte à la liberté d’expression » pouvait être invoquée, un motif qui n’existe pas pour d’autres secteurs.

À voir en vidéo