Le Royaume-Uni relève son niveau de menace terroriste

Les enquêteurs croient que l’engin explosif a été fabriqué par le passager du taxi. Ce dernier a été tué dans l’explosion survenue devant un hôpital pour femmes, dimanche matin.
Photo: Paul Ellis Agence France-Presse Les enquêteurs croient que l’engin explosif a été fabriqué par le passager du taxi. Ce dernier a été tué dans l’explosion survenue devant un hôpital pour femmes, dimanche matin.

Le Royaume-Uni a relevé lundi à « grave » le niveau de la menace terroriste sur le sol britannique, au lendemain de l’explosion d’un taxi à Liverpool (nord de l’Angleterre), dont la police pense avoir identifié l’auteur présumé, mort dans la déflagration.

Cette attaque vient rappeler « le besoin pour chacun de nous de rester vigilant », a déclaré le premier ministre, Boris Johnson, au cours d’une conférence de presse, soulignant que « le peuple britannique ne se laissera jamais intimider par le terrorisme ». « Nous ne céderons jamais devant ceux qui veulent nous diviser », a-t-il ajouté.

Le relèvement du niveau de la menace signifie que les autorités considèrent comme « hautement probable » une attaque terroriste, selon la classification officielle.

Les enquêteurs pensent que l’engin explosif de Liverpool a été « fabriqué » par le passager du taxi, tué dans l’explosion survenue dimanche matin devant un hôpital pour femmes de la ville du nord de l’Angleterre.

La police antiterroriste pense « fortement » l’avoir identifié comme étant Emad Al Swealmeen, 32 ans, les enquêteurs ayant établi des liens avec deux adresses où des perquisitions étaient en cours lundi. La police pense qu’il habitait à la première « depuis un moment » et avait loué récemment la deuxième, avenue Rutland.

Mobile indéterminé

C’est à cette dernière adresse que « des éléments importants ont été trouvés, mais des recherches supplémentaires seront nécessaires aujourd’hui et potentiellement dans les prochains jours », a souligné la police, qui a par ailleurs dit avoir procédé « par précaution » à une « explosion contrôlée ».

Le passager avait emprunté le taxi dans cette avenue, demandant au chauffeur de l’emmener à l’hôpital pour femmes, situé à dix minutes en voiture.

Quatre hommes — âgés de 20 à 29 ans — ont été arrêtés dans le cadre de cette enquête, selon la police, qui a évoqué lundi un « acte terroriste » tout en précisant que son mobile « restait à déterminer ».

La ministre de l’Intérieur, Priti Patel, a souligné qu’il s’agissait de la deuxième attaque en un mois, après le meurtre, le 15 octobre, du député David Amess pendant une permanence parlementaire à une soixantaine de kilomètres de Londres. Son auteur présumé a été inculpé de meurtre et de préparation d’actes terroristes.

L’explosion est quant à elle survenue dimanche matin, au moment où le Royaume-Uni commémorait les victimes des guerres, à l’occasion du « dimanche du Souvenir ». Elle s’est produite juste avant 11 h, heure à laquelle la nation se recueillait en silence, et à quelques centaines de mètres de la cathédrale de Liverpool, où des centaines de soldats, d’anciens combattants et de membres du public étaient rassemblés.

« Nous ne pouvons pas établir de lien pour l’instant, mais c’est une piste d’enquête que nous explorons », a déclaré au cours de la conférence de presse lundi Russ Jackson, chargé de la police antiterroriste de la région, à propos de ces commémorations.

« Bravoure incroyable »

Blessé dans l’explosion (il a depuis quitté l’hôpital où il était soigné, selon la police), le chauffeur de taxi a été qualifié de « héros » par des responsables politiques et des tabloïds, qui ont affirmé qu’il avait permis d’éviter des morts.

Selon The Daily Mail, le chauffeur a trouvé que son passager avait l’air « suspect » et l’a enfermé dans le taxi, avant de s’en échapper.

« Le chauffeur de taxi, dans ses efforts héroïques, a réussi à éviter ce qui aurait pu être une catastrophe absolument horrible à l’hôpital », a déclaré la mairesse de Liverpool, Joanne Anderson, sur la BBC.

À voir en vidéo