Moscou est un obstacle à la paix en Ukraine, selon le chef du Pentagone

Lloyd Austin a été reçu par le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, qui a salué les États-Unis comme «le principal partenaire de l’Ukraine dans le domaine de la sécurité et de la défense».
Photo: Ukrainian Presidential Press Office via AP Lloyd Austin a été reçu par le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, qui a salué les États-Unis comme «le principal partenaire de l’Ukraine dans le domaine de la sécurité et de la défense».

Le secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin, a qualifié mardi la Russie d’« obstacle » à la paix en Ukraine, accusant Moscou de déstabiliser la région de la mer Noire. « Nous appelons la Russie à mettre fin à son occupation de la Crimée et à arrêter de prolonger la guerre dans l’est de l’Ukraine et ses activités déstabilisatrices en mer Noire et le long des frontières ukrainiennes. […] La Russie a commencé cette guerre et la Russie fait obstacle à sa résolution pacifique », a-t-il affirmé lors d’une rencontre à Kiev avec son homologue ukrainien, Andriï Taran.

L’Ukraine vit depuis 2014 une guerre impliquant des séparatistes prorusses, largement vus comme manipulés par Moscou. Ce conflit, qui a éclaté quelques semaines après l’annexion de la péninsule ukrainienne de Crimée par la Russie, a fait plus de 13 000 morts.

M. Austin effectue actuellement une visite autour de la mer Noire. Il s’est déjà rendu lundi en Géorgie, une autre ex-république soviétique qui, comme l’Ukraine, souhaite rejoindre l’OTAN. Il se rendra ensuite en Roumanie, déjà membre de l’Alliance.

Il a soutenu mardi que cette tournée était importante pour renforcer la coopération des pays de la région face aux activités de la Russie. « Cette région demeure cruciale pour nous », a-t-il déclaré, alors que plusieurs pays occidentaux s’inquiètent d’un désintérêt croissant de Washington à l’égard du Vieux Continent en faveur de la zone indo-pacifique.

Nous appelons la Russie à mettre fin à son occupation de la Crimée et à arrêter de prolonger la guerre dans l’est de l’Ukraine et ses activités déstabilisatrices en mer Noire et le long des frontières ukrainiennes

 

Son homologue ukrainien, Andriï Taran, a dit toujours faire confiance aux États-Unis. « Nous n’avons aucun doute quant au soutien de notre partenaire stratégique. Les États-Unis comprennent l’importance du combat de l’Ukraine pour son indépendance et contre l’agression russe. »

Plus tard dans la journée, Lloyd Austin a été reçu par le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, qui a salué les États-Unis comme « le principal partenaire de l’Ukraine dans le domaine de la sécurité et de la défense », selon un communiqué de son service de presse. « Merci à vous et au président Biden pour votre soutien continu de l’Ukraine, de notre souveraineté et de notre intégrité territoriale », a déclaré lors de cette rencontre le président, cité dans le communiqué.

Fin août, MM. Zelensky et Taran s’étaient rendus à Washington, car le président Joe Biden leur avait promis de soutenir l’Ukraine face à la Russie. M. Zelensky était reparti avec la promesse de 60 millions de dollars d’aide militaire supplémentaire, en particulier des missiles antichars ; une partie de cette aide a été livrée lundi à Kiev.

Selon Joe Biden, les États-Unis ont alloué au moins 2,5 milliards de dollars d’aide aux forces armées ukrainiennes depuis 2014, dont plus de 400 millions rien qu’en 2021. En échange, Washington insiste pour que Kiev approfondisse sérieusement les réformes de son armée et de son industrie militaire, en particulier pour éliminer la corruption, qui reste endémique en Ukraine, le pays le plus pauvre d’Europe.

La quête d’une meilleure gouvernance en Ukraine est un objectif porté par les Occidentaux depuis des années. Ces réformes sont censées mener à une collaboration renforcée avec l’OTAN, à laquelle Kiev souhaite adhérer, au grand dam de Moscou. Mais Européens et Américains ont jusqu’ici montré peu d’entrain à accélérer l’intégration ukrainienne dans l’Alliance. 

À voir en vidéo