Canicule historique dans le sud-est de l’Europe

Le mercure a surpassé les 40℃ dans plusieurs régions, notamment en Grèce.

 
Photo: Sakis Mitrolidis Agence France-Presse Le mercure a surpassé les 40℃ dans plusieurs régions, notamment en Grèce.

 

La canicule qui englobait le sud-est de l’Europe jeudi a poussé les résidents vers les plages, les endroits climatisés et même les fontaines publiques à la recherche d’un peu de fraîcheur.

La chaleur a aussi aggravé les feux de forêt qui brûlent en certains endroits. On rapporte ainsi trois morts et des dizaines d’hospitalisations dans le sud de la Turquie.

Le mercure a dépassé les 40 °C dans de nombreuses régions, notamment en Grèce. Des météorologues ont prévenu que la canicule devrait se poursuivre à Athènes pendant encore plusieurs jours, ce qui en fait un des pires événements du genre depuis le milieu des années 1980.

Des abris climatisés ont été ouverts dans la capitale grecque, mais l’accès aux emplacements publics climatisés était restreint par les règles sanitaires.

« La canicule qui se poursuit est un phénomène météorologique dangereux qui durera au moins jusqu’à la fin de la semaine prochaine, avec un faible écart entre les températures minimum et maximum », a dit le directeur du service météorologique grec, Theodoris Kolydas.

Des feux de broussailles menaçaient des habitations pour une troisième journée consécutive en Grèce. Les flammes brûlaient notamment près de la troisième plus grande ville du pays, Patras, dans l’ouest du pays.

 
40°C
C’est le niveau que le mercure a atteint dans de nombreuses régions, notamment en Grèce.

Les dirigeants de la Serbie, de la Bulgarie, de la Bosnie-Herzégovine et des autres pays touchés ont demandé à la population d’éviter de s’exposer directement aux rayons du soleil en milieu de journée.

En Macédoine du Nord, les femmes enceintes et les gens âgés de plus de 60 ans ont reçu la permission de s’absenter du travail jusqu’à la fin de la semaine. Les firmes de construction ont reçu l’ordre de suspendre leurs activités entre 11 h et 17 h.

Des records de chaleur

Des experts du climat affirment que des événements météorologiques extrêmes comme les inondations meurtrières en Allemagne et les feux de forêt dans l’ouest de l’Amérique du Nord risquent de se multiplier, la hausse des températures mondiales étant source d’instabilité croissante.

« Si nous réfléchissons globalement, nous avons eu des événements météorologiques très graves récemment, 49,6 °C un record absolu au Canada », a dit le climatologue Mike Kendon, de l’Organisation météorologique mondiale.

« Quand on voit des observations comme ça, ça nous sort de ce que nous avons vu précédemment. Un événement comme celui-là est tout simplement impossible à expliquer sans l’influence humaine sur le climat », a-t-il ajouté.

Selon l’agence onusienne, 2020 a été l’une des trois années les plus chaudes jamais enregistrées. Elle a été l’année la plus chaude jamais mesurée en Europe.

À l’autre extrémité du continent, une étude publiée jeudi prévient que le Royaume-Uni est de plus en plus chaud et humide en raison des changements climatiques, et souligne que les dix années les plus chaudes au cours du dernier siècle ont été enregistrées depuis 2002.

Le rapport annuel « State of the U.K. Climate », publié par l’International Journal of Climatology, ajoute que 2020 a été la cinquième année la plus humide et la troisième la plus chaude depuis le 19e siècle. Il a fait en moyenne 5,3 °C au Royaume-Uni l’hiver dernier, soit 1,6 degré de plus que la moyenne entre 1981 et 2010.

La température estivale a été supérieure de 0,4 degré à la moyenne de 14,8 °C. Il a fait au moins 34 ℃ pendant six journées consécutives en août 2020.

Le rapport prévient que le mercure risque de grimper à 40 ℃ au Royaume-Uni au cours des prochaines années, même si le monde réussit à limiter le réchauffement global à 1,5 degré par rapport aux niveaux préindustriels.

 

À voir en vidéo