Les cas de COVID-19 repartent à la hausse en Europe

La Russie compte plus de la moitié des nouveaux morts de la COVID-19 déplorés en Europe, avec près de 600 décès quotidiens en moyenne ces sept derniers jours.
Photo: Natalia Kolesnikova Agence France-Presse La Russie compte plus de la moitié des nouveaux morts de la COVID-19 déplorés en Europe, avec près de 600 décès quotidiens en moyenne ces sept derniers jours.

Après deux mois et demi de baisse, les contaminations à la COVID-19 sont reparties à la hausse en Europe, principalement du fait du variant Delta au Royaume-Uni et en Russie, où il provoque de nouvelles flambées épidémiques, selon un comptage réalisé mardi par l’AFP à partir de bilans officiels.

Avec 20 400 contaminations quotidiennes ces sept derniers jours en Russie (+25 % sur une semaine) et 16 400 au Royaume-Uni (+70 %), les deux pays sont à la fois ceux qui déplorent actuellement le plus de nouveaux cas en Europe, mais aussi les deux où les contaminations progressent le plus rapidement parmi ceux recensant plus de 1000 cas par jour.

Tirées par la situation dans ces deux pays, les contaminations en Europe repartent à la hausse, avec actuellement 56 800 nouveaux cas par jour, 21 % de plus qu’il y a une semaine. Entre le 12 et le 18 juin, cet indicateur avait atteint son plus bas niveau à l’échelle du continent depuis la mi-septembre, avec 46 000 cas quotidiens.

Dans plusieurs autres pays européens parmi les plus touchés depuis l’arrivée de la pandémie sur le continent en janvier 2020, le virus continue à l’inverse son recul. 1820 nouveaux cas quotidiens ont été recensés en France ces sept derniers jours (-23 % par rapport à la semaine précédente), 714 en Italie (-35 %) et 650 en Allemagne (-31 %).

Le nombre de décès repart lui aussi à la hausse globalement en Europe, bien que plus lentement : près de 1100 décès y sont actuellement enregistrés chaque jour, en hausse de 8 % sur une semaine, mais ces chiffres restent bien inférieurs à ceux atteints au plus fort de la pandémie sur le continent, en janvier (plus de 5700 décès par jour).

Au Royaume-Uni, malgré un quasi-doublement du nombre de nouveaux morts en deux semaines (d’une dizaine chaque jour à 17 la semaine dernière), le nombre de décès reste pour l’heure très éloigné du pic de janvier, où près de 1250 personnes mouraient chaque jour.

La Russie compte plus de la moitié des nouveaux morts déplorés dans la région, avec près de 600 décès quotidients en moyenne ces sept derniers jours (+33 % par rapport à la semaine précédente).

Le gouvernement russe a d’ailleurs fait état mardi de 652 morts dues à la COVID-19 en 24 heures, un record depuis le début de la pandémie. Et 83 % des lits destinés aux patients COVID sont occupés, selon le ministre de la Santé, Mikhaïl Mourachko. Le Kremlin a d’ailleurs admis que l’objectif de vacciner 60 % de la population d’ici l’automne ne sera pas atteint : pour l’instant, seulement 15,7 % des Russes (23 millions sur 146 millions d’habitants) ont reçu une ou deux doses de vaccin.

L’Irlande ralentit sa réouverture

Face à ces nouvelles flambées, plusieurs pays ont décidé d’opter pour la prudence.

L’Irlande a ainsi décidé de retarder la levée de certaines restrictions sanitaires. « Le retour de plusieurs activités en intérieur », dont la restauration, d’abord prévu le 5 juillet, « doit être reporté », a déclaré le premier ministre Micheal Martin lors d’une allocution.

« Nous sommes dans une course entre le variant et les vaccins », a souligné le dirigeant du pays de cinq millions d’habitants, « et nous voulons faire tout ce que nous pouvons pour nous assurer que le vaccin gagne ». Selon les derniers chiffres publiés lundi, l’Irlande a enregistré 305 nouveaux cas, pour un total de 271 589, et déplore 4989 décès.



À voir en vidéo