L’UE lance son sytème de certificat sanitaire

Après des tests «concluants» , les États «peuvent commencer à utiliser le système sur une base volontaire», a précisé la Commission, rappelant que l’entrée en vigueur sur l’ensemble de l’UE reste prévue au 1er juillet.
Photo: Justin Tallis Agence France-Presse Après des tests «concluants» , les États «peuvent commencer à utiliser le système sur une base volontaire», a précisé la Commission, rappelant que l’entrée en vigueur sur l’ensemble de l’UE reste prévue au 1er juillet.

L’UE a lancé mardi sa plateforme technique destinée à assurer l’interopérabilité des « pass sanitaires » qui permettront à partir du 1er juillet de voyager entre États membres, a indiqué la Commission européenne, précisant que sept pays s’y étaient déjà connectés pour délivrer leurs premiers certificats.

Attestant qu’une personne est vaccinée, immunisée à la suite d’une infection ou qu’elle a passé un test négatif, ce document — sous format papier ou numérique — sera reconnu par l’ensemble des Vingt-Sept.

« Nous lançons l’infrastructure technique qui permettra la validation des certificats de façon sécurisée et respectueuse de la vie privée », a indiqué un porte-parole de l’exécutif européen.

Ce « service passerelle » géré par la Commission permet de vérifier et d’authentifier les signatures numériques contenues dans les codes QR des certificats, sans traitement de données à caractère personnel, en consultant les « clés de signature » stockées dans des serveurs nationaux.

Après des tests « concluants » , les États « peuvent commencer à utiliser le système sur une base volontaire », a précisé la Commission, rappelant que l’entrée en vigueur sur l’ensemble de l’UE reste prévue au 1er juillet.

Plusieurs pays connectés

Dix pays se sont pour l’heure connectés à l’infrastructure, parmi lesquels sept États ont commencé à délivrer leurs premiers certificats (Bulgarie, République tchèque, Danemark, Allemagne, Grèce, Croatie, Pologne).

Athènes a confirmé avoir lancé sa plateforme : « Les citoyens peuvent imprimer ce certificat et voyager », a précisé Kyriakos Pierrakakis, ministre grec de la Gouvernance digitale.

En Croatie, les certificats numériques COVID « fonctionnent », a déclaré le premier ministre Andrej Plenkovic devant les parlementaires, en brandissant le sien.

Bulgarie et Pologne se sont dites prêtes à les émettre mardi. L’Allemagne lancera son dispositif d’abord dans certaines régions, selon la Commission.

En République tchèque, des certificats seront délivrés et reconnus d’abord par sept pays de l’UE (Autriche, Croatie, Allemagne, Hongrie, Slovaquie, Slovénie, Pologne) au terme d’accords bilatéraux, selon le ministère de la Santé.

Au Danemark, une nouvelle version du certificat est prête depuis vendredi à intégrer le certificat européen.

« Sept États membres, c’est un bon départ. J’encourage les autres à leur emboîter le pas » pour « permettre à l’ensemble du système d’être opérationnel d’ici au 1er juillet » , a commenté Thierry Breton, commissaire au Marché intérieur.

La France mettra en place un certificat au niveau national le 9 juin sur l’application Tous anticovid, et il devrait être reconnu à partir du 21 juin par les « autres pays de l’UE partenaires », a indiqué le secrétariat d’État aux Affaires européennes, sans préciser quels seront ces pays.

À voir en vidéo