Macron et Merkel appellent Poutine à retirer ses troupes

Volodymyr Zelensky et Emmanuel Macron, lors d'une conférence de presse après leur rencontre à l'Élysée, le vendredi 16 avril
Photo: Anne-Christine Poujoulat Agence France-Presse Volodymyr Zelensky et Emmanuel Macron, lors d'une conférence de presse après leur rencontre à l'Élysée, le vendredi 16 avril

Emmanuel Macron et Angela Merkel ont apporté leur soutien, vendredi, au président ukrainien Volodymyr Zelensky et appelé la Russie à retirer ses troupes à la frontière avec l’Ukraine afin de travailler rapidement à une « désescalade » dans un contexte très volatil.

Les trois dirigeants ont partagé, au cours d’une visioconférence, « leurs préoccupations quant à l’augmentation (des effectifs) des troupes russes à la frontière avec l’Ukraine » et ont appelé à un retrait de « ces renforts afin de parvenir à une “désescalade” », a résumé la chancellerie allemande dans un communiqué.

Angela Merkel et Emmanuel Macron ont aussi marqué leur « soutien » à la souveraineté de l’Ukraine « et à son président, a renchéri l’Élysée, relevant que Volodymyr Zelensky avait exprimé de son côté une « volonté très claire de “désescalader” ».

Depuis plusieurs semaines, les heurts se multiplient entre Kiev et les séparatistes prorusses du Donbass (est de l’Ukraine), tandis que des dizaines de milliers de soldats russes ont été déployés à proximité, laissant craindre une opération militaire d’ampleur.

Les deux parties, en conflit depuis l’annexion de la Crimée par la Russie en 2014 et les affrontements dans le Donbass qui ont fait plus de 13 000 morts, se renvoient depuis la responsabilité de cette escalade.

Moscou accuse Kiev de « provocations » et l’OTAN d’actes « menaçants ». L’Ukraine affirme de son côté que la Russie veut sa « destruction » et réclame la protection de l’OTAN, la ligne rouge absolue pour Moscou.

Sommet « à quatre »

Volodymyr Zelensky a pour sa part appelé à un sommet avec le président russe Vladimir Poutine, Emmanuel Macron et la chancelière — tous deux médiateurs dans le dossier ukrainien — pour tenter d’apaiser les tensions avec Moscou.

« J’ai envie qu’on y participe tous les quatre » pour discuter de « la situation sécuritaire dans l’est de l’Ukraine » et de l’arrêt de « l’occupation de nos territoires », a-t-il lancé à Paris à l’issue d’un déjeuner avec M. Macron et de la visioconférence avec Mme Merkel.

Anticipant l’issue de la visioconférence, le Kremlin avait demandé à Paris et à Berlin d’user de leur « influence » auprès du président ukrainien pour faire cesser les « provocations » de l’Ukraine dans l’est de son territoire.

Dans ce contexte volatil, M. Zelensky a réitéré le souhait de son pays d’adhérer à l’Alliance atlantique et à l’Union européenne.

« Nous ne pouvons pas rester indéfiniment dans la salle d’attente de l’UE et de l’OTAN », a-t-il lancé dans le quotidien français Le Figaro.

« Si nous appartenons à la même famille, nous devons vivre ensemble. Nous ne pouvons pas sortir ensemble pour toujours, comme d’éternels fiancés, il faut légaliser nos relations », a-t-il martelé à l’attention de Paris et de Berlin.

Une adhésion à l’OTAN paraît toutefois très éloignée au vu de l’hostilité farouche de la Russie à un tel scénario et des réticences de nombre d’États membres de l’Alliance, dont la France, de crainte de provoquer Moscou.

Chassé-croisé russo-américain

La discussion a surtout porté sur la recherche d’une « solution politique » à la crise et sur les « moyens de ramener la Russie dans la négociation », a pour sa part relevé la présidence française, évoquant une rencontre « dans les jours à venir » d’experts au « format Normandie » (instance de dialogue entre les quatre pays).

La crise autour de l’Ukraine rebondit au moment même où les tensions s’exacerbent entre Washington et Moscou depuis l’arrivée de Joe Biden à la Maison-Blanche en janvier.

La Russie a annoncé vendredi l’expulsion de diplomates américains et a « recommandé » à l’ambassadeur des États-Unis de rentrer dans son pays en réaction à des sanctions américaines.

Le gouvernement américain avait décrété la veille une série de sanctions financières sévères contre la Russie et l’expulsion de dix diplomates russes après une série d’actes qu’il lui impute, dont une cyberattaque géante et des ingérences dans l’élection présidentielle américaine de novembre.

Joe Biden a toutefois réitéré sa proposition de sommet avec Vladimir Poutine pour engager la « désescalade », une initiative jugée « positive » par le Kremlin vendredi.

La Russie a par ailleurs annoncé le même jour qu’elle allait limiter jusqu’en octobre la navigation de bâtiments étrangers dans trois zones de la Crimée.

« Nous demandons à la Russie de garantir le libre accès aux ports ukrainiens de la mer d’Azov et de permettre la liberté de navigation », lui a à cet égard répondu l’OTAN.

La probabilité que la Russie envahisse l’Ukraine dans les prochaines semaines est « réduite à moyenne », a estimé jeudi le chef des forces américaines en Europe, le général Tod Wolters.

À voir en vidéo