Émoi en Suède après l’attaque à l’arme blanche de Vetlanda

Un bouquet de roses rouges et des bougies ont été placés près des lieux d’une des agressions.
Photo: Jonathan Nackstrand Agence France-Presse Un bouquet de roses rouges et des bougies ont été placés près des lieux d’une des agressions.

La petite ville sans histoires de Vetlanda, dans le sud de la Suède, était encore en émoi jeudi après une grave attaque à l’arme blanche commise par un Afghan de 22 ans arrivé il y a trois ans dans le pays nordique.

« Nous sommes une communauté sous le choc. Et avec ce qui nous revient du monde extérieur, on se rend compte qu’en dehors même de la ville, c’est tout le pays qui est sous le choc », a déclaré en conférence de presse le maire de la ville, Henrik Tvarnö. « Il y a tellement de questions dont on cherche les réponses. Qu’est-ce qui s’est passé ? Qu’est-ce qui se cache derrière tout ça ? C’est un cauchemar », a-t-il ajouté.

Mercredi après-midi, un homme a poignardé sept personnes lors d’une équipée sanglante d’une quinzaine de minutes au centre-ville de cette localité de 13 000 habitants. Selon le récit de la police locale, l’attaque s’est produite vers 15 h (heure locale) dans cinq lieux distincts du centre-ville — distants de quelques centaines de mètres, aux abords de la gare notamment.

Sept personnes ont été blessées durant l’attaque, dont cinq grièvement. Après avoir passé la nuit aux soins intensifs, ces victimes reposent maintenant dans un état stable, a-t-on indiqué. Le suspect a également été blessé lors de son arrestation par les forces de l’ordre. Transporté à l’hôpital pour soigner ses blessures par balle, il a depuis été rencontré par les enquêteurs de la police suédoise.

Du jamais vu

Au lendemain de l’attaque, une poignée d’agents patrouillaient dans les rues du centre-ville de Vetlanda, selon ce qu’ont pu constater des journalistes d’AFP sur place. Un bouquet de roses rouges et des bougies ont été placés près des lieux d’une des agressions.

« C’est une petite ville ici et nous n’avons jamais connu ça auparavant, Je trouve ça assez choquant de ne jamais savoir ce qui peut se passer », confie Ulrika Lovfors, une employée municipale de 54 ans. Beaucoup d’interrogations demeurent, notamment sur les motivations de l’auteur présumé.

La police a confirmé jeudi qu’il s’agissait d’un Afghan de 22 ans qui habite à Vetlanda, où son domicile a été perquisitionné dans la nuit de mercredi à jeudi. Selon les médias locaux, il est en attente d’un permis de séjour après être entré en 2018 en Suède, où plusieurs milliers de mineurs isolés afghans sont arrivés ces dernières années, le plus souvent d’Iran.

La justice a demandé jeudi la mise en examen et le placement en détention provisoire du suspect, qui doit être décidé lors d’une audience vendredi matin.

Le motif de poursuite reste de sept « tentatives de meurtre », car les autorités chargées des crimes terroristes présumés « n’ont pas jugé nécessaire de prendre l’enquête à ce stade », a expliqué à l’AFP le procureur dans cette affaire, Adam Rullman.

« Il est trop tôt pour confirmer ou écarter des motifs [de poursuite], a-t-il toutefois souligné. La priorité est d’enquêter sur ce qui s’est passé. »

À voir en vidéo