La réduction du nombre de cas de COVID-19 donne du répit à l’Europe

Pour la première fois depuis septembre, le nombre de nouveaux cas signalés en une semaine est inférieur à un million dans l’ensemble des 53 pays de la région européenne.
Photo: Cesar Manso Archives Agence France-Presse Pour la première fois depuis septembre, le nombre de nouveaux cas signalés en une semaine est inférieur à un million dans l’ensemble des 53 pays de la région européenne.

La baisse des cas de COVID-19 à travers l’Europe donne du répit aux autorités, qui peuvent désormais évaluer leurs réponses face au virus et renforcer les systèmes de santé, a déclaré vendredi la direction régionale de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Pour la première fois depuis septembre, le nombre de nouveaux cas signalés en une semaine est inférieur à un million dans l’ensemble des 53 pays de la région européenne pour l’OMS (dont plusieurs pays d’Asie centrale), a affirmé le directeur Europe de l’OMS, Hans Kluge, dans un communiqué.

Les nouveaux cas ont diminué pour la cinquième semaine consécutive, bien que leur nombre reste « élevé », a-t-il poursuivi, notant que « les nouveaux décès ont également diminué pour la troisième semaine consécutive ».

« Lorsque les cas de COVID-19 sont à des niveaux inférieurs dans de nombreux pays, comme c’est le cas actuellement, les autorités sanitaires ont la possibilité de se concentrer sur l’évaluation et l’amélioration de l’efficacité de leur réponse », face au virus, a déclaré M. Kluge.

La direction rappelle que des services de santé, tels que les soins contre le cancer ou les programmes de vaccination des enfants, ont été durement touchés par la pandémie de COVID-19.

La réduction du nombre de cas permet ainsi de se concentrer sur des secteurs qui ont été délaissés pendant la pandémie, a expliqué M. Kluge.

« C’est également le moment de préparer nos services de santé à se remettre sur les rails, à élaborer des stratégies et à fournir des services de santé au-delà de la réponse à la COVID-19 », a-t-il déclaré.

Selon une étude citée par Hans Kluge, « sur une période de 12 semaines en 2020, quelque 28,5 millions d’opérations prévues ont dû être annulées à cause de la COVID-19 ».

À mesure que le personnel de santé se fait vacciner, « la capacité de traiter le retard des opérations chirurgicales reportées, des chimiothérapies annulées et des campagnes de vaccination interrompues augmente également », a expliqué le directeur.

M. Kluge a également abordé la menace des nouveaux variants, plus contagieux, affirmant que ces derniers étaient des « défis supplémentaires », mais que « tout peut être contrôlé avec les outils dont nous disposons » actuellement.

Moins de 400 000 cas quotidiens dans le monde

Avec 362 000 contaminations enregistrées quotidiennement cette semaine, l’indicateur poursuit sa chute entamée il y a un peu plus d’un mois, selon un bilan de l’AFP arrêté à jeudi. Les nouvelles contaminations ne cessent de baisser (-12 % cette semaine) depuis le record de 743 000 nouveaux cas quotidiens atteint au cours de la semaine du 5 au 11 janvier. Elles descendent à leur plus bas niveau depuis quatre mois (semaine du 12 au 18 octobre).

Depuis le pic de début janvier, les nouvelles contaminations au niveau mondial ont été réduites de moitié (-51 %). Jamais, depuis le début de la pandémie, l’indicateur n’avait connu une baisse aussi forte et prolongée.