L’Europe reste «vulnérable» malgré les vaccins, dit l’OMS

L’Union européenne (UE), qui a franchi mardi le seuil symbolique des 500 000 décès, observe toutefois depuis quelques jours une légère baisse des contaminations et des décès quotidiens.
Photo: Thomas Samson Pool / Agence France-Presse L’Union européenne (UE), qui a franchi mardi le seuil symbolique des 500 000 décès, observe toutefois depuis quelques jours une légère baisse des contaminations et des décès quotidiens.

La majeure partie des pays européens restent « vulnérables » à la COVID-19, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), inquiète du « faux sentiment de sécurité » créé par les campagnes de vaccination en cours sur la planète, où près de 156 millions de doses ont été administrées à ce jour dans une centaine de pays.

« La frontière est mince entre l’espoir » suscité par la vaccination massive contre le coronavirus et « un faux sentiment de sécurité », a mis en garde jeudi le directeur pour l’Europe de l’OMS, Hans Kluge. La pandémie a fait jusqu’ici plus de deux millions de morts à travers le globe.

L’Union européenne (UE), qui a franchi mardi le seuil symbolique des 500 000 décès, observe toutefois depuis quelques jours une légère baisse des contaminations et des décès quotidiens.

Au sein de l’UE, environ 3 % de la population a reçu au moins une dose de vaccin anti-COVID, selon des chiffres compilés par l’AFP. Et dans le monde, plus de 155 millions de doses ont été administrées dans 91 pays ou territoires. Israël arrive largement en tête, ayant vacciné 42 % de sa population.

Les pays riches de la planète concentrent près de six doses injectées sur dix (59 %), alors qu’ils ne représentent que 16 % de la population mondiale. Cet « accès inéquitable aux vaccins peut se retourner contre nous », a de nouveau martelé l’OMS jeudi : « Plus le virus persiste, plus le risque de mutations dangereuses est grand. »

Les pays du G7 se réuniront vendredi en sommet virtuel pour discuter de « la situation sanitaire », de « la situation des pays à faibles revenus » et de la possibilité que le Fonds monétaire international (FMI) leur vienne en aide.

L’UE a par ailleurs affirmé vouloir muscler sa production de vaccins, reconnaissant avoir été « sans doute trop confiante quant à la livraison en temps voulu des doses commandées », selon la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen.

La chancelière allemande, Angela Merkel, a annoncé mercredi soir la prolongation jusqu’au 7 mars de la plupart des restrictions en place dans le pays. La Grèce a quant à elle durci jeudi son confinement national. Et l’Irlande a étendu le sien jusqu’au début du mois d’avril, sans doute jusqu’à Pâques.

200 millions de doses

Aux États-Unis, le débat se poursuit sur le gigantesque plan d’urgence de 1900 milliards de dollars proposé par le président Joe Biden pour aider les petites et moyennes entreprises et les ménages les plus vulnérables.

La Maison-Blanche a annoncé jeudi l’achat de 200 millions de doses supplémentaires de vaccins contre la COVID-19. Le pays vise l’immunisation de la quasi-totalité de la population d’ici fin juillet.

« Nous sommes désormais en voie d’avoir suffisamment de doses pour 300 millions d’Américains d’ici la fin juillet », a déclaré Joe Biden jeudi, le chiffre correspondant à la totalité de la population adulte américaine.

Ces 200 millions de doses supplémentaires — 100 millions de la société Moderna et 100 millions de Pfizer — s’ajoutent aux 200 millions de doses déjà commandées à chaque société.

Au Japon, pays hôte des Jeux olympiques l’été prochain, la campagne de vaccination commencera la semaine prochaine, mais les autorités travaillent d’arrache-pied pour se procurer des seringues adaptées.

Le Moyen-Orient a pour sa part franchi la barre des 100 000 morts liées à la COVID-19, selon le dernier décompte de l’AFP.  

À voir en vidéo