Couvre-feu généralisé dès 18h en France

<p>«Sauf les exceptions liées aux missions de service public, tous les lieux, commerces ou services recevant du public seront fermés à 18h», a précisé Jean Castex.</p>
Photo: Nicolas Tucat Archives Agence France-Presse

«Sauf les exceptions liées aux missions de service public, tous les lieux, commerces ou services recevant du public seront fermés à 18h», a précisé Jean Castex.

Toute la France sera placée sous couvre-feu à 18 h (17 h GMT) à partir de samedi pour faire face à l’épidémie de COVID-19, a annoncé jeudi le gouvernement, qui a aussi durci les contrôles aux frontières pour empêcher l’arrivée des variants du virus.

« Sauf les exceptions liées aux missions de service public, tous les lieux, commerces ou services recevant du public seront fermés à 18 h », a déclaré le chef du gouvernement Jean Castex lors d’une conférence de presse.

Seuls 25 des 101 départements français étaient jusqu’alors astreints à un couvre-feu à 18 h. La France compte environ 67 millions d’habitants.

« Il apparaît selon les données disponibles à ce jour que cette mesure a une efficacité sanitaire: dans les 15 premiers départements où le couvre-feu a été mis en œuvre à 18 h dès le 2 janvier dernier, la hausse du nombre de nouveaux cas y est 2 voire 3 fois plus faible que dans les autres départements », a fait valoir Jean Castex.

Pour le moment, la situation en France « est maîtrisée par rapport à nos voisins, mais fragile, car le virus circule encore activement », a dit M. Castex, en soulignant que le nombre de contaminations reste sur « un plateau élevé » autour de 16 000 nouveaux cas quotidiens.

Pour « éviter une propagation » des variants britanniques et sud-africains et empêcher notamment que la souche britannique qui ne représente pour le moment que 1 à 1,5% des contaminations, « ne devienne une souche dominante » en France, M. Castex a annoncé des mesures complémentaires qui concernent aussi les frontières.

« Nous allons durcir fortement les conditions d’entrée sur le territoire », a-t-il dit en annonçant que tout voyageur arrivant d’un pays extérieur à l’Union européenne devra « faire un test PCR avant de partir et présenter un test négatif pour embarquer sur un avion ou bateau ».

Et une fois arrivées en France, ces personnes « devront s’engager à s’isoler pour sept jours » et à « refaire un deuxième test PCR à l’issue » de cette période.

Le premier ministre a annoncé également, face à une forte hausse des cas en Irlande et Danemark notamment, l’élaboration d’un « cadre de coordination en vue du sommet européen du 21 janvier ».

M. Castex a prévenu qu’un troisième confinement serait appliqué « sans délai » en cas de « dégradation épidémique forte », tout en soulignant que la situation actuelle « n’exige pas » une telle mesure.

L’exécutif a en revanche « souhaité maintenir ouverts les établissements scolaires et c’est pour nous un objectif fondamental », a ajouté M. Castex.

En outre, les étudiants de première année à l’université pourront reprendre par demi-groupes les travaux dirigés en présentiel à partir du 25 janvier.