La Suède adopte une nouvelle loi pour lutter contre la COVID-19

Faisant face à une forte seconde vague, la Suède est actuellement un des pays les plus touchés en Europe.
Photo: Jonathan Nackstrand Agence Frace-Presse Faisant face à une forte seconde vague, la Suède est actuellement un des pays les plus touchés en Europe.

La Suède, qui a mené une stratégie moins stricte qu’ailleurs contre la COVID-19, a voté vendredi à une large majorité une loi dotant temporairement le gouvernement de nouveaux pouvoirs contre l’épidémie, permettant notamment de fermer restaurants et commerces pour la première fois.

Face à la forte seconde vague dans le pays nordique, actuellement un des plus touchés en Europe, l’exécutif avait présenté ce projet de loi en décembre, puis avancé à dimanche son entrée en vigueur, initialement prévue en mars.

Le gouvernement n’a pas encore précisé comment et quand il comptait appliquer le texte, alors que le nombre de décès liés au Covid-19 évolue actuellement à des niveaux proches des records du printemps.

La nouvelle loi permettra désormais à l’exécutif d’édicter des mesures restrictives coercitives dans des zones ciblées et d’imposer des amendes et des sanctions en cas de non-respect, ce qui n’avait pas été le cas jusque-là.

Il pourra décider de fermer des magasins, centres commerciaux ou transports publics, ou encore limiter le nombre de personnes autorisées à se rassembler dans certains lieux publics précis, plutôt que d’avoir recours à des mesures générales.

La loi ne permet pas en revanche de confiner la population à domicile.

Interrogée sur l’arrivée de cette loi dix mois après l’arrivée du virus en Suède, la ministre de la Santé Lena Hallengren a plaidé que « ce n’était pas quelque chose dont nous avions vu la nécessité au printemps ».

« Nous avons eu ensuite un été avec une propagation faible de l’infection, puis le travail a commencé à l’automne », a-t-elle affirmé à la télévision publique SVT, alors que le gouvernement est confronté à une reprise des critiques face à sa stratégie controversée.

Contrairement aux dispositifs imposés ailleurs en Europe, le royaume nordique a jusque-là mené une stratégie différente basée principalement sur des recommandations, sans confinement et quasiment sans mesures coercitives.

Quant au masque, il n’a longtemps été recommandé nulle part dans l’espace public. Depuis jeudi, il est officiellement recommandé dans les transports publics, mais seulement aux heures de pointe.

Si la stratégie reste moins stricte que dans de nombreux pays, le royaume a durci le ton depuis novembre, avec plusieurs séries de mesures restreignant notamment les tablées dans les restaurants ou basculant l’enseignement à distance dans les lycées.

Le pays de quelque 10,3 millions d’habitants a enregistré plus de 480 000 cas de coronavirus et 9262 décès, selon les derniers chiffres de l’Agence de santé publique jeudi.



À voir en vidéo