Un prêtre orthodoxe blessé par balles à Lyon, un suspect interpellé

À l'arrière du lieu de culte, un camion de pompiers pour assurer un poste de commandement était visible, tandis que des militaires assuraient un périmètre de sécurité.
Photo: Philippe Demazes Agence France-Presse À l'arrière du lieu de culte, un camion de pompiers pour assurer un poste de commandement était visible, tandis que des militaires assuraient un périmètre de sécurité.

Un prêtre orthodoxe grec a été grièvement blessé par balles samedi après-midi à Lyon (centre-est de la France) alors qu’il fermait son église, par un homme seul aux motivations inconnues.

« À ce stade aucune hypothèse n’est écartée, ni privilégiée », a indiqué le procureur de Lyon Nicolas Jacquet, alors que la France est encore sous le choc de l’attaque terroriste commise par un Tunisien dans une église de Nice, qui a fait trois morts.

Un suspect « pouvant correspondre au signalement donné par les premiers témoins a été placé en garde à vue », a précisé un peu plus tard le magistrat.

L’arme probablement utilisée, un fusil à canon scié, n’a pas été retrouvée sur lui. « Les vérifications se poursuivent sur son éventuelle implication ».

Les riverains de l’église et une patrouille de la police municipale avaient été alertés vers 16 h 00 par deux détonations aux abords de l’église hellénique orthodoxe située dans le 7e arrondissement de Lyon.

Sur place, « ils apercevaient un individu qui prenait la fuite et découvraient au niveau de la porte arrière de l’église un homme blessé par balles qui s’avérait être l’archiprêtre du lieu de culte », a poursuivi le parquet.

Le parquet, qui a indiqué qu’une enquête pour « assassinat » était ouverte, a précisé qu’il « reste en contact étroit avec le Parquet national antiterroriste » qui n’est pas saisi pour le moment.

Certaines sources policières invitaient d’ailleurs à la « prudence sur le motif de l’agression ».

Le prêtre était « en train de fermer son église » au moment des faits, qui se sont déroulés à l’intérieur du lieu de culte. Il n’y avait pas de cérémonie « en cours et » le prêtre n’était pas en tenue «, a-t-on appris de sources proches de l’enquête. »

Nikolaos Kakavelakis, âgé de 52 ans, visé par deux coups de feu, a été atteint « au foie et à bout touchant ». Il se trouve dans un état grave et a été hospitalisé. L’arme, un fusil à canon scié, n’a pas été retrouvée.

Cellule de crise

Le chef de l’Église de Grèce, Mgr Iéronymos, a dénoncé samedi une « horreur qui dépasse la logique humaine ».

L’Assemblée des évêques orthodoxes de France (AEOF) a indiqué qu’elle ne pouvait que « condamner ces actes de violence ».

Selon un journaliste de l’AFP sur place, la petite église de style art déco, ornée d’une mosaïque de l’Annonciation, est installée dans un quartier résidentiel plutôt calme, avec très peu de circulation dans les rues en ce premier week-end de reconfinement.

À Paris, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a ouvert une cellule de crise où devait le rejoindre le premier ministre Jean Castex.

« Je dois vous dire que vous devez compter sur l’entière détermination du gouvernement pour permettre à tous et à chacun de pratiquer son culte en toute sécurité et en toute liberté », a réagi M. Castex, en déplacement à Saint-Étienne-du-Rouvray (nord-ouest) où un prêtre catholique avait été assassiné par des terroristes en 2016.

Il s’y était rendu pour échanger avec la communauté catholique et s’assurer du renforcement du dispositif Sentinelle depuis l’attentat de Nice.

Ce nouvel événement touchant un lieu de culte en France a été condamné comme un « acte abominable » par le président du Conseil européen, Charles Michel, pour qui « la liberté de conscience en Europe est garantie pour tous et doit être respectée ».

Alors que les motivations de l’agresseur sont encore inconnues, le président du Parlement européen, David Sassoli, a parlé d’un « nouvel attentat », ajoutant que « l’Europe ne se pliera jamais à la violence et au terrorisme ».

À voir en vidéo