En Italie, un bilan quotidien sous les 100 morts pour la première fois en deux mois

Premier pays à avoir confiné l’ensemble de sa population, l'Italie reste traumatisée, après deux mois d’enfermement, une économie à genoux et un lourd bilan humain.
Photo: Alberto Pizzoli Agence France-Presse Premier pays à avoir confiné l’ensemble de sa population, l'Italie reste traumatisée, après deux mois d’enfermement, une économie à genoux et un lourd bilan humain.

Le bilan quotidien des victimes de la COVID-19 en Italie est passé lundi, pour la première fois depuis deux mois, sous la barre des 100 morts, a-t-on appris de source officielle.

99 patients sont décédés ces dernières 24 heures dans la péninsule, selon la Protection civile italienne. Il s’agit du bilan le plus bas depuis le 9 mars (97 morts), au moment où le pays, touché de plein fouet par l’épidémie du nouveau coronavirus, entrait en confinement.

Au total, la COVID-19 a fait officiellement 32 007 morts en Italie, pour près de 226 000 cas. Après la Chine, où le virus a fait son apparition fin 2019, l’Italie est restée pendant de longues semaines l’épicentre mondial de la pandémie, en particulier la riche région de Lombardie.

Premier pays à avoir confiné l’ensemble de sa population, la péninsule reste traumatisée, après deux mois d’enfermement, une économie à genoux et un lourd bilan humain.

Entamé avec prudence le 4 mai, le déconfinement s’est accéléré ce lundi, avec la réouverture des commerces, cafés, restaurants et terrasses, marquant un retour timide à une relative normalité.

D’autres détails suivront.