Didier Raoult, ou propager l’espoir d’un médicament

Didier Raoult affirme avoir trouvé un traitement efficace contre la COVID-19, mais ses démarches scientifiques sont contestées.
Photo: Gerard Julien Agence France-Presse Didier Raoult affirme avoir trouvé un traitement efficace contre la COVID-19, mais ses démarches scientifiques sont contestées.

Savant fou ou futur Prix Nobel ? Le personnage ne laisse personne indifférent. Depuis une semaine, en France, le nom de Didier Raoult est sur toutes les lèvres. Et pour cause, l’infectiologue de renommée internationale affirme avoir trouvé un traitement efficace contre la COVID-19. Le médicament se nomme l’hydroxychloroquine, un dérivé de la chloroquine, une « vieille » molécule bien connue des épidémiologistes dans le traitement du paludisme et que le professeur administre avec un antibiotique.

Brandissant une étude chinoise in vitro, Didier Raoult affirmait dès le 25 février avoir trouvé ce qui serait « probablement le traitement le moins cher et le plus simple pour traiter le coronavirus COVID-19 ». Dans une vidéo enregistrée le 16 mars, il affirmait que, lors d’une étude clinique réalisée à l’Institut hospitalo-universitaire en maladies infectieuses de Marseille (IHU Méditerranée), qu’il dirige, le traitement aurait été efficace sur les trois quarts des patients. Dans le contexte d’un début d’épidémie en France, ces déclarations ont déclenché une véritable tempête aussi bien dans les milieux scientifiques, médiatiques que politiques.

Or, rien n’est simple dans cette affaire. Avec ses allures à la Panoramix, Didier Raoult est l’un des scientifiques français les plus respectés dans le monde. Grand Prix de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM) en 2010 pour l’ensemble de sa carrière, ses publications sont parmi les plus citées. Classé parmi les dix premiers chercheurs français par la revue Nature, il est un des scientifiques français qui publient le plus, au point où certains ont d’ailleurs remis en cause ce rythme effréné.

Une étude contestée

Mais, il y a longtemps que le débat a quitté le terrain scientifique. Défendu par son vieil ami, le maire de Nice Christian Estrosi (LR), Didier Raoult a ses partisans et ses adversaires. Ses travaux ont même été salués par Donald Trump. Plusieurs personnalités, comme l’animateur de radio Guillaume Durand et la députée LR Valérie Boyer, sont déjà traités à l’hydroxychloroquine ainsi que des dizaines de patients qui font la queue pour être testés à l’IHU Méditerranée.

Devant l’institut, un groupe de partisans de l’équipe de soccer de Marseille, l’OM, a même déployé une grande banderole à la gloire du professeur Raoult. Si bien qu’après deux semaines de polémique, même si le Haut Conseil de santé publique avait recommandé de ne pas utiliser, pour l’instant du moins, l’hydroxychloroquine sauf pour des formes graves, le traitement du professeur Raoult vient finalement d’être autorisé à l’hôpital par un décret du ministre de la Santé, Olivier Véran, pour tous les patients atteints de la COVID-19.

Au-delà du personnage qui ne dédaigne pas la polémique, c’est la faiblesse méthodologique de l’étude clinique du professeur Raoult qui est remise en cause par un certain nombre d’experts. Menée sur 24 patients seulement, l’étude ne l’a pas été avec un second groupe test auquel on n’aurait pas administré le traitement. Les données brutes de l’étude n’auraient pas non plus été publiées.

« Il s’agit d’un essai à fort risque de biais selon les standards internationaux. Dans ce contexte, il est donc impossible d’interpréter l’effet décrit comme étant attribuable au traitement par hydroxychloroquine », a déclaré au quotidien Le Monde la directrice adjointe de l’Institut Pierre-Louis d’épidémiologie et de santé publique (Sorbonne), Dominique Costagliola. D’autres chercheurs ont aussi critiqué l’opacité des études chinoises sur le médicament et le fait que l’étude de Didier Raoult avait été publiée dans une revue dirigée par l’un des cosignataires de l’étude, The International Journal of Antimicrobial Agents.

De vieilles rancunes

Il n’est donc pas étonnant que le gouvernement ait choisi de valider ces résultats préliminaires dans une étude plus vaste et indépendante menée auprès de 3200 patients européens, dont 800 en France. Une décision qui a poussé Didier Raoult à claquer la porte du Conseil scientifique mis sur pied pour conseiller le président. Au moment où les partisans du Dr Raoult invoquent l’urgence sanitaire pour généraliser l’usage de l’hydroxychloroquine, le ministre de la Santé, Olivier Véran, affirme qu’on n’attendra pas la fin de cette nouvelle étude pour statuer. Des conclusions préliminaires pourraient être disponibles dans environ deux semaines.

La presse française n’a pas attendu ces conclusions pour découvrir que, sous le débat scientifique se cachaient de vieilles rivalités. Il y a des années que l’impétueux Didier Raoult est en guerre avec l’establishment médical parisien, à qui il attribue d’ailleurs la perte d’influence de la recherche médicale française dans le monde. Didier Raoult a notamment reproché à l’INSERM de ne recruter que « des fondamentalistes qui ne sont pas des praticiens du soin ». Après avoir récompensé le chercheur de son Grand Prix en 2010, l’INSERM, qui cherchait à prendre le contrôle des IHU, retira son accréditation aux unités de recherche qu’il dirigeait. Or, celui qui était alors patron de l’INSERM, Yves Lévy, n’était autre que l’époux de l’ancienne ministre de la Santé, Agnès Buzyn.

Un nouveau livre

Jamais à court d’une polémique, le chercheur publie ces jours-ci un livre intitulé Épidémies, vrais dangers et fausses alertes (Michel Lafon). De facture assez mince et visiblement rédigé en catastrophe, l’ouvrage s’en prend tout particulièrement aux médias. Ceux-ci, écrit Raoult, s’intéressent beaucoup à des maladies qui tuent finalement assez peu, comme la grippe H1N1, le SRAS, le MERS et le Chikungunya, mais pratiquement pas à celles qui tuent beaucoup, comme le choléra, le typhus et le Clostridium difficile. Or, « il y a de plus en plus de confusion entre le pouvoir de décision, le pouvoir exécutif et le quatrième pouvoir, celui de la presse », déplore le chercheur.

Didier Raoult en veut aussi aux modèles mathématiques qui, selon lui, « annonçaient la mort de millions de personnes » dans le cas de la grippe H1N1, du SRAS, du MERS, de l’Ebola et du Chikungunya. Or, « il n’en a rien été, en dehors de l’épidémie de grippe qui a tué comme une grippe ordinaire ».

Les données factuelles colligées s’arrêtant au 5 mars dernier, on apprendra finalement peu de choses dans ce livre sur l’épidémie en cours. Sinon, écrit Didier Raoult, qu’elle pourrait devenir « un autre modèle de distorsion ».