Plus de 4000 morts en Italie

Au moment où l’Italie décrète la fermeture des parcs, des espaces verts et des jardins publics, le nombre de morts continue à augmenter en Espagne, qui vient de franchir la barre du millier de décès causés par le coronavirus. L’Italie demeure le pays plus durement touché, avec plus de 4000 morts, le bilan le plus lourd au monde. Le gouvernement italien envisage de nouvelles mesures restrictives, dont la suspension des activités en plein air.

Dans la soirée de vendredi, le ministre italien de la Santé, Roberto Speranza, a signé un décret fermant parcs, espaces verts et jardins publics du 21 au 24 mars dans toute l'Italie. Il a également interdit les activités ludiques et sportives en plein air, autorisant les gens à faire des exercices «individuellement, à proximité de sa propre habitation et en respectant une distance minimum d'un mètre des autres personnes».

Les gouverneurs des régions du Nord, les plus riches d'Italie et les plus touchées par l'épidémie avec environ 3000 morts, réclament encore davantage de fermetures d'activités économiques et le déploiement de l'armée pour faire appliquer ces mesures.

Selon un décompte de l’AFP, plus de 258 930 cas d’infection ont été détectés dans 163 pays et territoires depuis le début de l’épidémie, qui a fait au moins 11 129 morts. L’Italie est maintenant en tête de ce triste palmarès avec 4032 morts pour 47 021 cas. La Chine dénombre 80 976 cas, dont 3 248 décès et 71 150 guérisons. Les pays les plus touchés après l’Italie et la Chine sont l’Iran (1433 morts), l’Espagne (1002 morts) et la France (450 morts).

L’Espagne se prépare au pire

En Espagne, «les pires jours sont encore à venir», a prévenu le ministre de la Santé, Salvador Illa. Au moment où l’Espagne s'approche des 20 000 cas, les médecins urgentistes ont commencé à choisir ceux qui ont le plus de chances de survie. Face à la saturation de certains services d'urgences, la Société espagnole de médecine intensive a recommandé de «prioriser» les patients ayant «la plus grande espérance de vie», dans une note qui faisait la une des médias vendredi.

À ce jour, plus de 315 personnes ont été arrêtées en Espagne pour n'avoir pas respecté les mesures de confinement, a annoncé le ministre de l'Intérieur, Fernando Grande-Marlaska. Le directeur des opérations de la police nationale Jose Angel Gonzalez a prévenu qu'il y aurait désormais une «tolérance zéro». Depuis samedi, les 46 millions d'Espagnols sont en confinement strict et n'ont pas le droit de sortir de chez eux sauf pour travailler, faire des courses alimentaires ou acheter des médicaments.

De l’espoir

Mais alors que la situation s’aggrave en Iran et en Europe, l’espoir vient de Chine. L'exemple de Wuhan, épicentre de l'épidémie du coronavirus en Chine où aucun nouveau cas d'origine locale n'a été enregistré depuis jeudi, est un «espoir» pour le monde, a estimé vendredi le directeur général de l'OMS.

«Hier, Wuhan n'a déclaré aucun nouveau cas pour la première fois depuis l'émergence de l'épidémie», s'est félicité Tedros Adhanom Ghebreyesus lors d'une conférence de presse en ligne depuis Genève. «Wuhan donne de l'espoir au reste du monde en montrant que même la situation la plus grave est réversible», a-t-il ajouté.

Pour le deuxième jour consécutif, la Chine n'a rapporté vendredi aucune nouvelle contamination d'origine locale, même si le nombre de cas importés a atteint un record (39).