Mikhaïl Michoustine, un nouveau premier ministre «idéologiquement neutre»

Mikhaïl Michoustine apparaissait en 2015 au 54e rang des hauts fonctionnaires les mieux payés de Russie, selon le magazine «Forbes», avec des revenus d’environ 3,9 millions de dollars canadiens.
Photo: Mikhail Klimentyev Sputnik via Associated Press Mikhaïl Michoustine apparaissait en 2015 au 54e rang des hauts fonctionnaires les mieux payés de Russie, selon le magazine «Forbes», avec des revenus d’environ 3,9 millions de dollars canadiens.

Haut fonctionnaire inconnu du grand public, Mikhaïl Michoustine, nommé mercredi premier ministre par Vladimir Poutine, dirige depuis dix ans le service des impôts à la tête duquel il s’est bâti une réputation d’efficacité.

Ce Moscovite de 53 ans, ingénieur de formation, remplace Dmitri Medvedev qui venait d’annoncer la démission de son gouvernement dans la foulée des annonces de Vladimir Poutine sur des réformes constitutionnelles majeures.

Signe du relatif anonymat dans lequel Mikhaïl Michoustine était resté cantonné : sa page Wikipédia, avant sa nomination, n’existait jusqu’à présent qu’en russe.

À la tête du fisc russe, cet homme chauve au visage épais a cependant quelques réussites à faire valoir, selon les médias publics.

« Il a créé le meilleur système de collecte des impôts du monde », lançait la chaîne de télévision publique Rossiya-24 dans les minutes suivant l’annonce de sa nomination.

Que cette affirmation soit exagérée ou pas, il reste que M. Michoustine a organisé la refonte et la numérisation du fisc, une énorme bureaucratie longtemps inefficace pour en faire une agence redoutée.

Diplômé à la fin des années 1980 d’une université technologique de la capitale russe, il a fait son entrée dans l’administration russe en 1998 comme vice-président du service des impôts, parallèlement à un poste de vice-ministre chargé du même dossier.

Suivra une carrière de haut fonctionnaire dans plusieurs agences gouvernementales : à partir de 2004 au service fédéral des cadastres, puis trois ans plus tard à celui chargé de la gestion des zones économiques spéciales créées pour attirer les investissements étrangers.

Nécessaire modernisation

Après un passage à la tête d’un fonds d’investissement, UFG Asset Management, il retrouvera en 2010 le service des impôts russe avec pour mission de le moderniser en profondeur.

Une mission réussie, assurait-il en novembre 2019 dans une entrevue au quotidien Kommersant, revendiquant un « écart de taxe à la consommation » (différence entre les recettes attendues de taxe à la consommation et celles effectivement perçues) inférieur à 0,6 %, quand il tourne autour de 10 % en Europe.

« Ils nous prennent en exemple, des gens viennent nous étudier », ajoutait-il.

Pour ce faire, Mikhaïl Michoustine s’est fait le chantre de la numérisation de l’économie russe. Fin 2018, le service des impôts avait ainsi annoncé, « pour améliorer l’efficacité », la création d’une base de données centralisée regroupant toutes les données existantes sur les citoyens russes et accessible à toutes les administrations.

Apprécié de Vladimir Poutine, le haut fonctionnaire s’est affiché à plusieurs reprises à ses côtés, notamment en train de jouer au hockey sur glace — il est membre du conseil de surveillance du club de hockey du CSKA Moscou — lors du match de gala auquel participe chaque année le président russe à Sotchi.

Reste qu’il est « trop tôt » pour y voir un successeur possible de Vladimir Poutine, remarque la politologue Ekaterina Schulmann, qui estime que Mikhaïl Michoustine « est une figure idéologiquement neutre ».

Selon plusieurs analystes, c’est toutefois un proche de l’ancien ministre des Finances Alexeï Koudrine, figure parmi les plus respectées en Russie du club des « libéraux », en opposition au clan des « siloviki » issus des services de sécurité.

Marié et père de trois enfants, le chef des impôts apparaissait en 2015 au 54e rang des hauts fonctionnaires les mieux payés de Russie, selon le magazine Forbes, avec des revenus de 183,31 millions de roubles (3,9 millions de dollars canadiens au taux actuel).