Élisabeth II accepte de laisser Harry et Meghan vivre au Canada

La reine Élisabeth II, la duchesse de Sussex, Meghan Markle, et le Prince Harry lors d'une cérémonie à Buckingham Palace en 2018
Photo: Matt Dunham Associated Press La reine Élisabeth II, la duchesse de Sussex, Meghan Markle, et le Prince Harry lors d'une cérémonie à Buckingham Palace en 2018

La reine Élisabeth II a accepté lundi que Harry et son épouse Meghan aient plus d’indépendance et qu’ils s’établissent au Canada une partie de l’année, tout en maintenant leur appartenance à la famille royale. Plusieurs questions demeurent néanmoins en suspens, notamment au sujet de leur processus d’immigration et des coûts potentiellement engendrés par leur installation.

« Ma famille et moi soutenons entièrement le désir de Harry et Meghan de commencer une nouvelle vie en tant que jeune famille », a écrit la souveraine de 93 ans dans une déclaration à la suite d’un conseil de famille à sa résidence de Sandringham, dans l’est de l’Angleterre. « Bien que nous aurions préféré qu’ils restent des membres actifs à temps plein de la famille royale, nous respectons et comprenons leur souhait de vivre leur vie de famille de façon plus indépendante. »

« Harry et Meghan ont été clairs sur le fait qu’ils ne veulent pas dépendre des fonds publics » et un accord a été trouvé sur « une période de transition » durant laquelle ils vivront entre le Royaume-Uni et le Canada, a ajouté la reine.

Le palais de Buckingham a déclaré qu’un « éventail de possibilités » serait discuté en ce qui concerne la suite des choses, mais qu’Élisabeth II a demandé que les décisions finales soient prises rapidement.

Qui devra débourser ?

Selon certains médias britanniques, le Canada aurait accepté d’assumer les coûts liés à la sécurité du couple. Toutefois, le ministre des Finances, Bill Morneau, a déclaré lundi qu’aucune décision n’avait encore été prise à ce sujet. Le gouvernement fédéral n’a pas non plus indiqué combien cela pourrait coûter. « Nous voulons toujours être un bon partenaire des pays du Commonwealth, mais en ce moment, nous n’avons pas considéré [cet] enjeu », a dit le ministre en français aux journalistes.

Le Daily Mail et le Sun, deux tabloïds britanniques, évaluent à environ 600 000 livres sterling par année, soit un peu plus d’un million de dollars canadiens, ce qu’il en coûte pour assurer la sécurité du couple royal au Royaume-Uni. Selon le quotidien britannique Evening Standard, la facture s’élèverait à plus de 1,7 million de dollars annuellement pour protéger le couple au Canada. « Il y a la GRC, mais la police de Toronto, par exemple, si elle doit s’impliquer pour des événements à Toronto ; il faut rajouter cela au calcul », précise également Philippe Lagassé, professeur agrégé à l’Université Carleton à Ottawa et spécialiste de la monarchie britannique.

Il explique que le Canada n’a d’obligation envers la famille royale que lorsqu’il l’invite à séjourner au pays. « On s’assure que la sécurité et d’autres mesures sont mises en place pour le transport, les urgences, la sécurité », illustre-t-il, précisant qu’il n’en est rien si le duc et la duchesse de Sussex viennent de leur propre volonté. « Mais étant donné leur statut au Royaume-Uni, c’est certain qu’on est conscients de leur sécurité et d’autres choses qu’on doit prendre en compte pour s’assurer qu’ils peuvent vivre facilement ici ou au moins rester pendant un certain temps », ajoute-t-il.

Une immigration facilitée ?

En vertu de leur statut de membres de la famille royale, et comme le Canada fait partie du Commonwealth, Harry et Meghan pourraient-ils voir leurs procédures d’immigration facilitées ? Seulement au niveau politique, croit M. Lagassé, qui estime que ce serait une décision « controversée ». Il explique que le ministre de l’Immigration, avec le premier ministre, Justin Trudeau, peut utiliser son pouvoir discrétionnaire pour octroyer le statut de résident permanent, voire la citoyenneté canadienne à quelqu’un « dans des cas exceptionnels ».

« Aucune disposition de la Loi sur la citoyenneté ne confère le statut de citoyen canadien aux membres de la famille royale en raison de leur statut de membre de la monarchie », a répondu dans un courriel au Devoir une porte-parole du ministre de l’Immigration, Marco Mendicino. Elle ajoute que Meghan et Harry devront présenter une demande en vertu des processus d’immigration normaux, s’ils désirent devenir des résidents permanents légaux au Canada.

La Gendarmerie royale du Canada (GRC) n’avait pas encore répondu aux questions du Devoir au moment où ces lignes étaient écrites. Le bureau de Justin Trudeau a pour sa part indiqué qu’il n’avait pas de commentaire à faire.

Avec La Presse canadienne et l'Agence France-Presse