Un accord sur les retraites «encore loin», selon le principal syndicat français

Le dirigeant du premier syndicat français, Laurent Berger
Photo: Francois Mori Associated Press Le dirigeant du premier syndicat français, Laurent Berger

Le dirigeant du premier syndicat français, Laurent Berger, a estimé mercredi être « encore loin d’un accord » avec le gouvernement sur la réforme des retraites, au 35e jour d’une grève qui paralyse les transports, notamment en région parisienne.

« On est encore loin d’un accord », a déclaré le patron de la CFDT sur France Info. « Ce que je demande au gouvernement, c’est qu’on y arrive le plus vite possible, cela a assez duré », a-t-il ajouté, estimant que « la balle » était « dans le camp » de l’exécutif.

Enlisées depuis presque un mois, les discussions entre le gouvernement et le principal syndicat réformiste ont repris un peu d’allant, chacun ayant donné des gages d’inflexion.

En début de semaine, le gouvernement a ainsi semblé faire un pas vers un compromis sur la question cruciale d’un « âge pivot » fixé à 64 ans, avant lequel il ne serait pas possible de partir avec une retraite à taux plein.

La CFDT, pourtant favorable au principe général de la réforme d’un système universel de retraites par points, est farouchement opposée à cette mesure qui pénaliserait les Français souhaitant s’arrêter de travailler à 62 ans, actuel âge légal de la retraite.

Les autres syndicats — notamment la CGT et Force ouvrière — réclament quant à eux l’abandon pur et simple de la réforme.

Âge pivot

Soucieux de garantir l’équilibre financier du nouveau système, le premier ministre Édouard Philippe s’est dit favorable mardi à l’idée d’une « conférence de financement » proposée par la CFDT. Ses modalités et son calendrier doivent être discutés vendredi avec les partenaires sociaux.

Saluant ce « signe d’ouverture », M. Berger a toutefois réitéré mercredi que cette conférence n’avait de sens que si le gouvernement abandonnait la notion d’âge pivot dans son projet de loi.

« Le gouvernement a une lourde responsabilité, il faut qu’il enlève l’âge pivot de son projet », a-t-il répété. Sans quoi, « la CFDT continuera sa mobilisation » auprès des « citoyens », a-t-il prévenu.

Une quatrième grande journée de manifestations contre le projet de réforme des retraites à l’appel des autres syndicats (CGT et FO en tête) est prévue jeudi, l’occasion de tester les forces en présence, avant une nouvelle mobilisation samedi.

La circulation des trains et des transports publics parisiens restera très perturbée jeudi. Seules deux lignes de métro (sur 16), automatisées, fonctionneront normalement.