Scène tragique au Royaume-Uni

La remorque frigorifique contenant 39 corps a été découverte dans un parc industriel de Grays dans le comté de l’Essex, accrochée à un camion.
Photo: Ben Stanstall Agence France-Presse La remorque frigorifique contenant 39 corps a été découverte dans un parc industriel de Grays dans le comté de l’Essex, accrochée à un camion.

C’est ce que les Anglais appellent un bad timing. La chaîne britannique Channel 4 a décidé mercredi de suspendre la diffusion d’une nouvelle série de téléréalité baptisée Smuggled (traduction libre : En contrebande) et qui, dès lundi, proposait de suivre huit personnes cherchant à entrer illégalement sur le territoire britannique. Sans passeport, à la barbe des autorités et sans se faire arrêter.

Le programme télévisé visait à mettre à l’épreuve les frontières du territoire britannique dans la perspective d’un retour annoncé du filet douanier que devrait imposer le Brexit, toujours en cours de discussions. Il a été dépassé mercredi par l’horreur de la réalité, avec la découverte de 39 corps dans la remorque réfrigérée d’un camion entré au Royaume-Uni depuis la Belgique. Le conteneur a été découvert dans un parc industriel de Grays dans le comté de l’Essex, accroché à un camion. Le conducteur, un jeune Nord-Irlandais de 25 ans, a été arrêté et pourrait faire face à des accusations de meurtre.

La police britannique a ouvert une enquête afin d’établir l’identité des corps, des adultes dans l’ensemble accompagnés d’un seul adolescent, selon les premières informations, mais aussi leur origine. Un processus qui pourrait être très long, a-t-elle indiqué.

Le camion était enregistré dans la ville bulgare de Varna, au nom d’une compagnie irlandaise. Mais la police britannique estime que les victimes ne sont pas des Bulgares, préconisant davantage la thèse d’une migration illégale ayant mal tourné et impliquant des ressortissants d’autres pays frappés par des vagues d’exils.

Réalité courante

Les autorités portuaires de Zeebruges en Belgique, d’où la remorque est partie, ont d’ailleurs indiqué que « chaque jour » elles interceptaient des passagers clandestins cherchant à gagner le Royaume-Uni par la voie du transport terrestre et maritime de marchandises.

Ce à quoi nous assistons aujourd’hui est l’un des plus horribles crimes contre l’humanité

« Nous sommes ici témoins de choses qui arrivent tous les jours dans les ports, les aéroports ou à travers la Manche », a précisé Anthony Steen, responsable de la Fondation sur le trafic humain, en Grande-Bretagne dans les pages du quotidien Le Monde. « Il s’agissait probablement de réfugiés, qui fuyaient la persécution, probablement d’Afghanistan ou de Syrie, et qui sont passés par la Bulgarie. »

Depuis la fermeture des camps de réfugiés à Calais en France, il y a trois ans, et le renforcement des contrôles des camions passant par le tunnel sous la Manche, les routes de l’immigration se sont déplacées vers des points d’entrées secondaires, comme celui emprunté par ce conteneur. Depuis la Belgique, il a atteint le Royaume-Uni par la Tamise et le port intérieur de Purfleet, dans l’Essex dans la banlieue est de Londres.

Cette nouvelle configuration peut être d’ailleurs très payante pour les passeurs qui exigent jusqu’à 15 000 $ individuellement aux aspirants à l’immigration illégale, rapportait récemment la BBC. Le coût du transport d’un conteneur par traversier entre l’Europe continentale et la Grande-Bretagne, lui, est évalué à un peu moins de 700 $.

Richard Burnett, président de l’Association britannique du transport routier, a indiqué que la remorque concernée par le drame était un modèle frigorifique pouvant atteindre la température de -25 degrés. Il a qualifié d’« absolument horrible » l’environnement offert à l’intérieur à des migrants.

« C’est un accident tragique dans lequel un nombre important de personnes ont perdu la vie, a résumé le chef de la police locale Andrew Mariner, cité par The Guardian. Nos enquêtes sont en cours pour comprendre ce qui s’est passé. »

Nouveaux chemins

En mai dernier, l’Agence nationale de lutte contre la criminalité avait alerté l’opinion sur l’augmentation d’entrées de clandestins au Royaume-Uni par des méthodes de plus en plus dangereuses, et ce, dans un trafic orchestré par des organisations criminelles. Dans un rapport publié l’an dernier, l’Agence a également ciblé le port belge de Zeebruges et le considère comme un des nouveaux maillons dans cette chaîne de l’immigration illégale. Depuis la fermeture de la route dite des Balkans à l’été 2016 par le gouvernement hongrois, des chemins alternatifs vers l’Union européenne et la Belgique, se sont formés en passant par la Serbie, le Montenegro et la Bosnie.

Tony Smith, ancien responsable des services frontaliers, s’est indigné d’ailleurs en qualifiant « d’inhabituelle» et « d’extrêmement dangereuse » cette tentative d’immigration illégale en passant par un conteneur frigorifique généralement scellé pour des raisons douanières. « Je ne me souviens que d’un incident du genre, a-t-il expliqué au Mirror. Ces conteneurs sont scellés et peuvent rester dans un port durant très très longtemps », avant d’être embarqués sur un traversier.

« Ce à quoi nous assistons aujourd’hui est l’un des plus horribles crimes contre l’humanité », a déclaré la secrétaire d’État à l’Intérieur, Priti Patel, interpellée au Parlement sur les questions d’immigration clandestine.

« Mettre 39 personnes dans un conteneur en métal verrouillé témoigne d’un mépris évident pour la vie humaine, a dénoncé la députée de la région, Jackie Doyle-Price. La meilleure chose que nous puissions faire à la mémoire de ces victimes est de localiser les auteurs de ces crimes et de les traduire en justice. » Sur Twitter, le premier ministre, Boris Johnson, a qualifié de « tragédie sans nom » la découverte des 39 corps et indiqué qu’elle l’avait « profondément bouleversée ».

Depuis le début de l’année 2019, l’Organisation des Nations unies (ONU) a calculé que 2524 personnes ont perdu dans la vie à travers le monde sur les routes de l’immigration. Le Royaume-Uni, terre promise pour plusieurs d’entre elles, est régulièrement confronté à des découvertes macabres dans les conteneurs en circulation sur son territoire. En 2000, 58 ressortissants chinois ont été trouvés morts asphyxiés dans un camion à Douvres.

En 2015, les corps de 71 personnes provenant d’Irak, de Syrie et d’Afghanistan ont été retrouvés dans la remorque d’un camion abandonné au bord d’une route en Autriche. À l’époque, la police avait pointé du doigt une organisation criminelle hongro-bulgare soupçonnée d’être active dans le domaine du trafic d’humains. Quatre passeurs arrêtés ont été condamnés à la prison à vie.

Avec l'Agence France-Presse