Brexit: blitz crucial de négociations entre Londres et les Européens

David Frost, l’émissaire du premier ministre britannique, était à Bruxelles toute la journée pour des séances de travail.
Photo: Olivier Matthys Associated Press David Frost, l’émissaire du premier ministre britannique, était à Bruxelles toute la journée pour des séances de travail.

Les discussions entre Européens et Britanniques sur le Brexit ont repris lundi à Bruxelles, Londres tentant d’apporter des clarifications sur les points « problématiques » de son plan de sortie de l’Union européenne (UE).

David Frost, l’émissaire du premier ministre britannique, était à Bruxelles toute la journée pour des séances de travail, notamment avec Paulina Dejmek-Hack, membre de l’équipe du négociateur de l’UE.

« Après des heures de discussions la semaine passée, le Royaume-Uni a fourni du contenu juridique supplémentaire aujourd’hui. Il s’agit de plus de détails sur les douanes et la réglementation sur les marchandises, afin de clarifier comment les propositions britanniques fonctionneraient », a-t-on indiqué à Downing Street en fin de journée.

Les discussions doivent reprendre mardi.

L’UE attendait des « propositions plus détaillées », selon la porte-parole de la Commission Mina Andreeva. Cette dernière a laissé entendre que des échanges avaient eu lieu par téléphone et par messages électroniques durant le week-end, mais aucune indication n’a été fournie sur de nouvelles propositions britanniques.

« Chaque jour compte », a-t-elle averti. « Nous avons besoin d’une solution et pas d’arrangements qui peuvent être révoqués ou qui sont laissés à une négociation ultérieure », a-t-elle rappelé.

Les Européens refusent le droit de veto que Londres souhaite accorder à l’assemblée et à l’exécutif nord-irlandais, et juge « problématiques » les propositions du plan pour les contrôles douaniers entre la province britannique d’Irlande du Nord et la République d’Irlande après le Brexit.

« Londres veut parvenir à un accord, mais un accord soutenu par les parlementaires implique un compromis de toutes les parties », a souligné lundi un responsable britannique.

« Le Royaume-Uni a fait une offre importante, mais il est temps pour la Commission de montrer qu’elle est également disposée à faire des compromis. Si ce n’est pas le cas, le Royaume-Uni partira sans accord », a-t-il averti.

Johnson exclut un nouveau report

Les propositions présentées la semaine dernière par le premier ministre britannique pour remplacer l’accord conclu par Theresa May ont été rejetées en l’état par les Européens. Ils ont donné aux Britanniques une semaine, jusqu’à vendredi, pour les modifier afin d’éviter un « no deal » le 31 octobre.

Si le gouvernement britannique ne « revient pas avec de nouvelles propositions sur deux problèmes graves que nous leur avons signalés, je ne vois pas comment nous pourrions avancer », a averti Michel Barnier samedi, lors d’un événement organisé par le journal Le Monde.

Chaque jour compte. Nous avons besoin d’une solution et pas d’arrangements qui peuvent être révoqués ou qui sont laissés à une négociation ultérieure.

L’UE veut éviter le rétablissement d’une frontière entre l’Irlande et l’Irlande du Nord afin de préserver les accords de paix du Vendredi saint dans la province britannique.

Le président français, Emmanuel Macron, s’est entretenu dimanche avec Boris Johnson et lui a proposé un bilan « en fin de semaine prochaine » sur la faisabilité d’un accord. Le premier ministre britannique a de nouveau exclu un nouveau report du Brexit, prévu le 31 octobre, lors de cet entretien.

Une loi adoptée par le Parlement le contraint pourtant à reporter la date de divorce s’il n’y a pas d’accord au sommet européen des 17 et 18 octobre, afin d’éviter un « no deal » aux conséquences économiques et sociales potentiellement désastreuses.

La justice écossaise a conforté la position du premier ministre en rejetant lundi un recours intenté par trois personnes qui voulaient le contraindre à demander un report de trois mois si aucun accord avec l’UE n’était conclu le 19 octobre.