Royaume-Uni: Boris Johnson accusé d’un conflit d’intérêts

Le premier ministre britannique, Boris Johnson, a également essuyé depuis son arrivée au pouvoir fin juillet plusieurs revers cuisants de la part du Parlement comme de la justice face à sa volonté de réaliser coûte que coûte le Brexit au 31 octobre
Photo: Kirsty Wigglesworth Associated Press Le premier ministre britannique, Boris Johnson, a également essuyé depuis son arrivée au pouvoir fin juillet plusieurs revers cuisants de la part du Parlement comme de la justice face à sa volonté de réaliser coûte que coûte le Brexit au 31 octobre

Le premier ministre britannique, Boris Johnson, est mis en cause pour un possible conflit d’intérêts lorsqu’il était maire de Londres, en raison de ses liens avec une femme d’affaires qui a pu bénéficier de financements publics, affaire qui pourrait déboucher sur l’ouverture d’une enquête pénale contre lui.

Selon le Sunday Times, Jennifer Arcuri, ancienne mannequin américaine devenue femme d’affaires, aurait touché au total 126 000 livres sterling (205 000 dollars) d’argent public et a pu bénéficier d’un accès privilégié à des missions officielles grâce à ses liens avec Boris Johnson.

Le premier ministre britannique, qui a essuyé depuis son arrivée au pouvoir fin juillet plusieurs revers cuisants de la part du Parlement comme de la justice face à sa volonté de réaliser coûte que coûte le Brexit au 31 octobre, était maire de Londres de 2008 à 2016.

À la suite de la révélation de cette affaire, l’administration régionale du grand Londres a saisi le service compétent en la matière — l’Independent Office for Police Conduct (IOPC) — afin qu’il évalue s’il y a lieu d’ouvrir une enquête pénale contre l’ancien maire de Londres, a-t-elle annoncé vendredi dans un communiqué.

Il apparaîtrait que, grâce à ses liens d’amitié avec Boris Johnson, Jennifer Arcuri a pu participer à des missions commerciales et bénéficier de contrats de commandite dont elle et ses sociétés n’auraient pas pu bénéficier autrement, selon le texte.

En cause, un contrat de commandite en 2013 pour un montant de 10 000 livres sterling (16 200 dollars) et un autre de 1 500 livres sterling (2 400 dollars) en 2014 dont a bénéficié la société de Mme Arcuri, Innotech. Elle avait également pu avoir accès à des événements à Singapour ou en Malaisie, ou encore à New York.

Selon le Sunday Times, Jennifer Arcuri aurait également reçu 15 000 livres sterling (24 500 dollars) de fonds gouvernementaux en 2014 dans le cadre d’un programme destiné à encourager les entrepreneurs étrangers à monter des sociétés au Royaume-Uni et réussi à décrocher 100 000 livres sterling (162 000 dollars) cette année de fonds destinés aux entreprises britanniques, alors qu’elle s’est réimplantée aux États-Unis. Cette dernière somme a depuis été gelée par le gouvernement.

Boris Johnson comme Jennifer Arcuri ont contesté toute irrégularité.