Le pape critique l’aide à mourir

Le pape François lors de la célébration de l’angélus, dimanche, au Vatican
Photo: Tiziana Fabi Agence France-Presse Le pape François lors de la célébration de l’angélus, dimanche, au Vatican

Le pape François a une nouvelle fois critiqué lundi l’euthanasie en la décrivant comme « une vision utilitariste de la personne ».

« La pratique de l’euthanasie, devenue légale déjà dans différents États, propose seulement en apparence d’encourager la liberté personnelle alors qu’elle se base en réalité sur une vision utilitariste de la personne », a commenté le pape, en recevant lundi en audience des médecins membres d’une association italienne d’oncologie.

« La technologie n’est pas un service à l’homme quand elle le réduit à une chose, quand elle distingue entre qui mérite d’être encore soigné et qui, au contraire, ne le mérite pas, parce qu’il est considéré seulement comme un poids », a souligné le pape, qui insiste pour sa part sur l’importance de « l’accompagnement du malade » et des « soins palliatifs ».

Chaque vie a de la valeur, toujours 

Le pape a demandé aux médecins présents de ne pas suivre « les voies les plus radicales et les plus expéditives ».

« Si on choisit la mort, les problèmes sont résolus dans un certain sens, mais que d’amertume derrière ce raisonnement et quel rejet de l’espérance comporte le choix de renoncer à tout et à casser tous les liens », a-t-il plaidé.

Le pape et le Vatican avaient pris position en juillet contre l’arrêt des traitements du Français Vincent Lambert, ancien infirmier de 42 ans dans un état végétatif depuis un accident de la route. À sa mort, le pape avait souligné que « chaque vie a de la valeur, toujours ».

Son cas, qui a déchiré sa famille, était devenu le symbole du débat sur la fin de vie en France.