Un «acte terroriste» contre une mosquée en Norvège

La Première ministre norvégienne, Erna Solberg, est venue dimanche à l'hôtel Thon où une prière a été tenue par les membres de la mosquée Al-Noor pour le premier jour de l’Aïd al-Adha.
Photo: Terje Pedersen / NTB Scanpix / Agence France-Presse La Première ministre norvégienne, Erna Solberg, est venue dimanche à l'hôtel Thon où une prière a été tenue par les membres de la mosquée Al-Noor pour le premier jour de l’Aïd al-Adha.

La police norvégienne traite la fusillade perpétrée samedi dans une mosquée des environs d’Oslo comme une « tentative d’acte terroriste », dont l’auteur nourrissant « des vues d’extrême droite » est aussi soupçonné d’avoir tué sa demi-soeur de 17 ans.

Survenant après plusieurs attaques par des suprémacistes blancs à travers le monde, l’épisode d’apparence islamophobe a semé la crainte parmi les musulmans au premier jour de la fête de l’Aïd al-Adha dimanche.

« La cartographie que nous avons dressée montre que l’auteur de l’attaque avait des vues d’extrême droite », a déclaré un responsable de la police d’Oslo, Rune Skjold, à propos du suspect, un Norvégien d’une vingtaine d’années.

« Il avait des positions xénophobes, il voulait semer la terreur », a-t-il ajouté lors d’une conférence de presse.

L’homme, dont l’identité n’a pas été dévoilée, a ouvert le feu samedi après-midi au centre islamique Al-Noor à Baerum, banlieue résidentielle d’Oslo, faisant un blessé léger.

Quelques heures plus tard, la police a découvert à son domicile le cadavre d’une jeune femme, identifiée dimanche comme étant la demi-soeur — la fille de la belle-mère — du suspect. Entendu dans la nuit par les enquêteurs, le jeune homme a refusé de s’expliquer.

Contactée par l’AFP, son avocate Unni Fries a seulement dit avoir « besoin de beaucoup plus de temps pour se plonger dans le dossier et parler à [son] client ».

« Nous avons conclu que nous avons affaire à une tentative d’acte terroriste », a indiqué Rune Skjold en faisant le point sur l’enquête.

Après avoir tiré à l’intérieur de la mosquée où trois fidèles étaient présents, le suspect a été maîtrisé par un sexagénaire et remis aux policiers qui ont retrouvé sur place deux armes à feu dont le type n’a pas été précisé

Suprémacistes blancs

Un message que le suspect aurait publié sur un forum en ligne avant de passer à l’acte évoque une « guerre des races » et rend hommage à l’auteur de l’attaque contre deux mosquées ayant fait 51 morts en mars en Nouvelle-Zélande.

L’authenticité du message et l’identité de son auteur ne peuvent être établies avec certitude à ce stade.

Cette fusillade s’inscrit dans un contexte de recrudescence d’attaques menées par des suprémacistes blancs, notamment celles de Christchurch en Nouvelle-Zélande et d’El Paso aux États-Unis.

Ce nouvel épisode a suscité la peur au sein de la minorité musulmane de Norvège qui entamait dimanche les célébrations de l’Aïd al-Adha.

« L’attaque terroriste à Baerum est le résultat d’une haine durable contre les musulmans, qui a pu se répandre en Norvège sans que les autorités norvégiennes prennent cette évolution au sérieux », a dénoncé le Conseil islamique de Norvège.