La nouvelle loi italienne contre les ONG secourant les migrants inquiète l'ONU

En vertu du nouveau texte de loi, les bateaux des ONG d'aide aux migrants pourraient être confisqués et leurs commandants, mis à l’amende.
Photo: Louisa Gouliamaki Archives Agence France-Presse En vertu du nouveau texte de loi, les bateaux des ONG d'aide aux migrants pourraient être confisqués et leurs commandants, mis à l’amende.

Le Haut-Commissariat aux réfugiés (HCR) de l’ONU s’est dit mardi « inquiet » après l’adoption par le Parlement italien d’une loi plus répressive contre les ONG qui récupèrent des migrants en Méditerranée.

La Commission européenne a pour sa part annoncé son intention « d’analyser » la nouvelle législation italienne afin de « vérifier sa compatibilité avec le droit européen », a précisé un de ses porte-parole.

Le texte adopté par la Chambre des députés et par le Sénat accorde à Matteo Salvini, le ministre de l’Intérieur, des pouvoirs élargis pour interdire les eaux territoriales aux navires ayant secouru des migrants, confisquer les bateaux des ONG et imposer à leurs commandants des amendes pouvant aller jusqu’à un million d’euros.

Il doit encore être ratifié par le président italien, Sergio Mattarella.

Le HCR est « inquiet de cette décision », a réagi l’agence de l’ONU pour les réfugiés dans un communiqué.

« Imposer des amendes ou d’autres pénalités aux commandants risque de dissuader ou d’empêcher des navires privés de mener des activités de secours en mer au moment où les États européens se sont pratiquement désengagés des efforts de sauvetage en Méditerranée centrale », a-t-elle poursuivi.

Pour le HCR, les ONG « jouent un rôle inestimable » dans le sauvetage des réfugiés et des migrants qui tentent de traverser la mer pour rejoindre les côtes européennes. « L’engagement et l’humanité qui les motivent ne doivent pas être criminalisés ou stigmatisés », a estimé l’agence.

Le HCR a rappelé son opposition à ce que les migrants secourus soient ramenés en Libye, « qui n’est pas un endroit sûr ».

Il appelle au contraire les États européens à se mettre d’accord pour les accueillir, mais lors d’une réunion le mois dernier à Helsinki, les ministres de l’Intérieur de l’UE ne sont pas parvenus à s’entendre sur un tel « mécanisme de solidarité ».

La Méditerranée est devenue la route maritime la plus meurtrière au monde. Selon l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), 840 personnes y ont disparu depuis le début de l’année, dont 576 en Méditerranée centrale.