Royaume-Uni: la chaîne russe RT écope d’une amende pour partialité

«Notre enquête a déterminé que RT n’avait pas respecté l’impartialité nécessaire dans sept programmes d’actualité diffusés entre le 17 mars et le 26 avril 2018», a souligné l’Ofcom.
Photo: Kirill Kudryavtsev Agence France-Presse «Notre enquête a déterminé que RT n’avait pas respecté l’impartialité nécessaire dans sept programmes d’actualité diffusés entre le 17 mars et le 26 avril 2018», a souligné l’Ofcom.

Un régulateur britannique a infligé une amende à la chaîne russe RT pour son manque d’« impartialité » dans le traitement de l’empoisonnement d’un ex-agent double russe au Royaume-Uni, Moscou menaçant en retour les médias britanniques de « conséquences ».

Dans un communiqué diffusé vendredi, l’Ofcom (Office of Communications) a expliqué que RT, financée par l’État russe, devrait non seulement s’acquitter d’une amende de 200 000 livres (plus de 326 000 $), mais aussi annoncer sur son antenne les résultats de l’enquête de ce régulateur des médias. « Notre enquête a déterminé que RT n’avait pas respecté l’impartialité nécessaire dans sept programmes d’actualité diffusés entre le 17 mars et le 26 avril 2018 », a souligné l’Ofcom qui a ajouté avoir été « particulièrement préoccupé par la fréquence des infractions aux règles par RT en un court laps de temps ».

Les programmes traitaient notamment de la réponse des autorités britanniques à l’empoisonnement de l’ex-agent double Sergueï Skripal et de sa fille Ioulia à l’agent neurotoxique Novitchok, le 4 mars à Salisbury (sud de l’Angleterre). L’empoisonnement des Skripal, qui ont survécu à l’attaque, a été attribué à la Russie par les autorités britanniques. Deux hommes, identifiés comme des agents du GRU, les services de renseignement russes, auraient commis les faits avant de fuir vers la Russie. L’épisode a provoqué une crise diplomatique entre le Royaume-Uni et la Russie qui clame son innocence.

Les autres programmes de RT (ex-Russia Today) visés par l’Ofcom concernaient le conflit en Syrie, a précisé le régulateur. La Russie a immédiatement réagi : « Nous considérons la décision [du régulateur] Ofcom comme un acte direct de censure », a condamné le ministère russe des Affaires étrangères dans un communiqué. « Nous suivons attentivement l’évolution de la situation et rappelons aux médias britanniques travaillant en Russie qu’ils doivent être prêts à faire face aux conséquences des actes de Londres », a-t-il ajouté.

La Russie accuse également les médias britanniques de régulièrement déformer les faits dans leurs publications concernant la Russie. « Pour une certaine raison, la désinformation systématique des médias britanniques n’attire pas l’attention du régulateur », estime le ministère.

L’Ofcom avait reproché dès le mois de décembre dernier à RT de n’avoir pas respecté « l’impartialité nécessaire », mais n’avait alors pas prononcé de sanction. D’après le régulateur, l’un des programmes de RT avait notamment « exagérément mis en doute la position du gouvernement britannique jugeant que le gouvernement russe était responsable de l’incident » de Salisbury. Suite à ce premier avis, RT avait intenté une action en justice, reprochant au régulateur d’avoir statué sur le sujet de façon « contraire à la loi et inexacte ».