Records de chaleur en Europe

Le record de température enregistrée en juin a été battu en Allemagne, où les citoyens ont envahi les plages pour se rafraîchir. 
Photo: Ina Fassbender Agence France-Presse Le record de température enregistrée en juin a été battu en Allemagne, où les citoyens ont envahi les plages pour se rafraîchir. 

Plusieurs records de températures pour un mois de juin sont tombés mercredi en Europe et plusieurs pays ont placé des régions en alerte canicule, avant de nouveaux pics attendus dans les deux prochains jours.

Conducteur de trottinette électrique arrêté par la police allemande parce qu’il conduisait nu dans la rue, baignades improvisées dans le plus simple appareil, atmosphère suffocante dans les grandes villes : la forte hausse des températures venue du Sahara a échauffé un peu partout les esprits.

Le record de température enregistrée en juin a été battu en Allemagne à 38,6 degrés dans les villes orientales de Coschen et de Bad Muskau, mettant ainsi fin à l’ancien record de 38,5 degrés datant de 1947, a annoncé le service météorologique national.

À Munich, ce n’est pas un record mais une polémique sur le droit à prendre le soleil seins nus qui a agité la ville, après que des agents d’une société de sécurité ont demandé à des femmes de se couvrir la poitrine sur les plages de la rivière Isar.

Dans le Brandebourg, un homme totalement nu au guidon d’un scooter a lui été interpellé par la police, qui a diffusé des photos sur les réseaux sociaux.

Record de chaleur également battu en Pologne pour un mois de juin avec 38,2 degrés enregistrés mercredi dans le village de Radzyn (sud-ouest) après les 38 degrés de Wroclaw en 1935.

Situation identique en République tchèque avec un nouveau record établi à 38,9 degrés.

Un record est aussi tombé en Autriche, dans la région du Tyrol, avec un pic de 36,7 degrés à Innsbruck. Du coup, les célèbres chevaux d’attelage qui tirent des fiacres dans la ville ont été laissés au repos.

Régions en alerte

En Espagne, l’agence météorologique Aemet a placé mercredi en alerte orange (risque important) cinq provinces du nord. La chaîne publique TVE a surnommé cet épisode de chaleur « la semaine de l’enfer ».

C’est vendredi que le pays craint le pire : 33 provinces sur 50 devraient être en alerte à cause de la chaleur, qui pourrait atteindre 44 degrés par exemple à Gérone, en Catalogne.

En France, les températures ont encore grimpé mercredi, et 78 départements ont été placés en vigilance orange.

Météo France évoque un « épisode sans précédent par son intensité et sa précocité depuis 1947 ». Il estime que des pics à 40 degrés « seront probablement atteints ponctuellement et des records mensuels voire absolus seront possiblement battus ».

La France garde en mémoire la canicule de 2003 qui avait provoqué une surmortalité de 15 000 personnes, si bien que télévision et radio ont diffusé des messages de prudence, relayés dans les transports et sur les panneaux d’affichage.

Sécheresse et risque d’incendie

En Grèce, nombre de municipalités redoutent des incendies alimentés par des vents violents et chauds venus d’Afrique. Le pays est encore marqué par l’incendie meurtrier de Mati l’an dernier qui avait coûté la vie à une centaine de personnes.

Cette vague de chaleur doit encore s’aggraver jeudi et vendredi. Caractéristique des canicules, les nuits sont également très chaudes.

À Genève, le défilé de la Fête des écoles, prévu mercredi, a été annulé. Et au Luxembourg, les écoles resteront fermées.

L’Europe de l’Est est aussi touchée : les autorités lituaniennes ont déconseillé l’usage de bateau sur certaines rivières en raison du bas niveau des eaux.

Mondial féminin

« Les températures mondiales augmentent en raison du changement climatique, et avec elles la probabilité qu’une vague de chaleur extrême se produise », souligne Len Shaffrey, professeur de sciences climatiques à l’université de Reading.

Selon l’Institut climatologique spécialisé de Potsdam, les étés les plus chauds en Europe depuis l’année 1500 ont tous été relevés au cours du XXIe siècle.

Dans les stades de France où se déroule actuellement le Mondial de football féminin, des messages ont été diffusés pour inviter les spectateurs à s’hydrater et à se protéger du soleil.

À Paris et Lyon, et pour la première fois à Marseille, seuls les véhicules les moins polluants ont été autorisés à circuler à partir de mercredi à l’aube.