Vladimir Poutine bloque les vols russes vers la Géorgie

Des milliers de personnes ont manifesté en Géorgie pour la deuxième soirée consécutive contre le pouvoir jugé prorusse.
Photo: Vano Shlamov Agence France-Presse Des milliers de personnes ont manifesté en Géorgie pour la deuxième soirée consécutive contre le pouvoir jugé prorusse.

Vladimir Poutine a interdit vendredi aux compagnies aériennes russes de voler vers la Géorgie, où des milliers de personnes manifestaient pour la deuxième soirée consécutive contre le pouvoir jugé prorusse, au lendemain de violents heurts dus à l’intervention d’un député russe au Parlement.

« À partir du 8 juillet 2019, les compagnies aériennes russes ont temporairement l’interdiction d’effectuer des vols du territoire de la Fédération russe vers le territoire de la Géorgie », indique ce décret publié sur le site du Kremlin.

À Tbilissi vendredi, au moins 15 000 personnes ont répondu à l’appel de l’opposition et se sont retrouvées devant le Parlement géorgien, selon un journaliste de l’AFP.

Certains avaient un oeil bandé en soutien à des manifestants éborgnés la veille lors de heurts avec la police, et la plupart réclamaient de mettre fin à l’influence de l’oligarque Bidzina Ivanichvili, fondateur du parti au pouvoir du Rêve géorgien et souvent présenté comme le véritable homme fort du pays.

S’adressant à la foule, Grigol Vachadzé, le leader du principal parti d’opposition, le Mouvement national uni (MNU) créé par l’ancien président exilé Mikheïl Saakachvili, a appelé à des élections législatives anticipées, à une réforme électorale et à la démission du ministre de l’Intérieur.

Première conséquence de cette agitation, le président du Parlement géorgien, Irakli Kobakhidzé, a démissionné vendredi.

Les troubles ont commencé jeudi, quand environ 10 000 personnes se sont rassemblées devant le Parlement pour protester contre l’intervention d’un député russe, Sergueï Gavrilov, depuis le siège du président de l’Assemblée.

Beaucoup ont estimé sa présence choquante, alors que les deux pays se sont affrontés dans une courte guerre en 2008 lors d’une intervention militaire russe en Géorgie, et que la Russie maintient des troupes dans deux régions séparatistes prorusses géorgiennes frontalières de son territoire.

Alors que les manifestants tentaient de pénétrer dans le Parlement, des affrontements ont fait 240 blessés, dont 160 manifestants et 80 policiers, et ont conduit à 305 arrestations.