Justin Trudeau verse quelques larmes pour les sacrifices des soldats

Le premier ministre Justin Trudeau a rencontré des vétérans lors de la cérémonie.
Photo: Guillaume Souvant Agence France-Presse Le premier ministre Justin Trudeau a rencontré des vétérans lors de la cérémonie.

Justin Trudeau a raconté avec émotion et en versant quelques larmes, jeudi en France, les sacrifices des soldats canadiens qui ont participé au débarquement de Normandie.

De nombreux Canadiens sont rassemblés sur une plage de Normandie afin d’assister à une cérémonie soulignant le 75e anniversaire du jour J.

C’était le 6 juin 1944. Quelque 14 000 soldats canadiens — des hommes de partout au pays et de tous les milieux — sont débarqués sur les plages normandes sous les tirs allemands afin d’amorcer la libération de l’Europe des mains des nazis.

Trois cent cinquante-neuf Canadiens sont morts ce jour-là, alors que 715 autres ont été blessés ou capturés, mais l’invasion longuement planifiée a été un succès et a marqué un moment décisif de la Deuxième Guerre mondiale.

Deux cérémonies étaient prévues sur la plage connue sous le nom de « Juno » jeudi. La première est toute Canadienne, et s’est amorcée par de la musique militaire, suivie de 21 coups de canon.

Trois comédiens ont recréé des témoignages, en français et en anglais, avant que le premier ministre Trudeau ne monte sur scène pour livrer son discours.

Devant certains anciens combattants canadiens, il a raconté ce qui a été vécu ce jour-là, devant à un moment s’arrêter pour essuyer quelques larmes.

Il notamment mentionné Jean Trempe, un Montréalais qui avait 19 ans à l’époque et qui « a vu le meilleur et le pire de l’être humain pendant la Deuxième Guerre mondiale ».

« Soixante-quinze ans plus tard, nous nous souvenons de l’ampleur de leur sacrifice », a-t-il ajouté, mentionnant le « courage, la ténacité et la générosité » de ces soldats.

« Nous les remercions de nous avoir légué un monde meilleur que celui dans lequel ils ont vécu […] Grâce à eux, grâce aux sacrifices qu’ils ont su faire il y a maintenant 75 ans, notre monde est plus sûr, plus connecté et plus pacifique qu’il ne l’était à l’époque. »

Le ministre des Anciens Combattants et ministre associé de la Défense nationale, Lawrence MacAulay, et le ministre de la Défense nationale, Harjit Sajjan, ont aussi assisté à la cérémonie.

Le chanteur Luc de la Rochellière est monté sur scène pour chanter après le discours de M. Trudeau.

De son côté, le premier ministre de la France, Édouard Philippe, a tenu à remercier le Canada et déclaré que la France lui sera toujours redevable.

« L’effort de guerre canadien a contribué de faire du Canada une grande nation et il a joué un rôle décisif pour la libération de la France et de l’Europe », a-t-il affirmé.

Une deuxième cérémonie, plus tard dans la journée, aura une saveur plus internationale et inclura des délégations britanniques et américaines, dont les soldats ont combattu aux côtés des Canadiens lors du jour J, de même que des représentants de la France, de l’Allemagne et d’autres pays.

Macron et Trump unis pour le «Jour J»

La France et les États-Unis ont rendu jeudi un hommage solennel et ému aux derniers vétérans quasi-centenaires du Débarquement allié sur les plages de Normandie, laissant de côté leurs divergences à l’occasion de ce 75e anniversaire du « Jour J ».

« Nous savons ce que nous vous devons, à vous, vétérans : notre liberté. Au nom de notre pays, je veux juste vous dire merci », leur a déclaré en anglais le président français avant de les décorer de la Légion d’Honneur sous les applaudissements nourris des intéressés, réunis dans le grand cimetière américain d’Omaha Beach, sur la commune normande de Colleville-sur-Mer (nord-ouest).

« Vous êtes la fierté de notre pays » leur a lancé à son tour le président américain qui, citant les noms des héros du 6 juin 1944, a provoqué les larmes des survivants massés à la tribune officielle.

Parmi eux, Jack Ewald, 94 ans, débarqué à Omaha Beach n’aurait manqué ces cérémonies « pour rien au monde ». Mais il ne se voit pas en héros : « Nous n’avons rien fait de spécial. Nous nous sommes protégés les uns les autres », a-t-il assuré à l’AFP.

Temps fort des commémorations entamées mercredi en France et au Royaume-Uni, Donald et Melania Trump, arrivés main dans la main en Normandie, ont accueilli au cimetière de Colleville — territoire américain en France — le couple Macron pour une cérémonie marquée par l’émotion et par la chaleur des échanges entre les chefs d’État.

Devant des milliers de personnes recueillies, les vétérans américains assis aux premiers rangs de la tribune officielle avec leurs décorations et des casquettes « World War II Veteran », ont été longuement salués par les deux chefs d’État et ovationnés par la foule debout.