Strasbourg perdra-t-elle son Parlement?

Le président Emmanuel Macron, en compagnie du premier ministre Édouard Philippe
Photo: Christian Hartmann Agence France-Presse Le président Emmanuel Macron, en compagnie du premier ministre Édouard Philippe

À l’aube des élections européennes, on ne pouvait imaginer pire polémique. Il a suffi d’un mot pour relancer la controverse. En mars, répondant aux propositions d’Emmanuel Macron, la présidente de la CDU, Annegret Kramp-Karrenbauer, a qualifié d’« anachronisme » la présence du Parlement européen à Strasbourg. Un écho aux déclarations faites dès le mois de juin 2018 par nulle autre que la chancelière Angela Merkel.

Il n’en fallait pas plus pour relancer une vieille polémique sur le fait que les 751 parlementaires européens ne siègent que quelques jours par mois à Strasbourg alors que le reste du temps les commissions se réunissent à Bruxelles. Un va-et-vient de 460 kilomètres qui coûterait une centaine de millions d’euros par année. « Auparavant, c’était les Britanniques qui voulaient déménager le Parlement à Bruxelles. Voilà que les Allemands s’y mettent », dit Jean-Louis de Valmigère, auteur de La merveilleuse histoire de l’Europe (Éditions Hervé Chopin). Pourtant, « il n’y a pas de ville plus européenne que Strasbourg », dit l’ancien propriétaire du restaurant Chez Yvonne, une institution strasbourgeoise où Jacques Chirac avait l’habitude de venir déguster son plat préféré, la tête de veau.

Ville libre pendant plus de cinq siècles, ancienne patrie de Luther et de Gutenberg, conquise et reconquise par la France et l’Allemagne, siège du Conseil de l’Europe, ce n’est pas un hasard si Strasbourg a été nommé la « ville des routes » (strass). « C’est le point de rencontre entre la France et l’Allemagne, mais aussi entre le monde germanique et latin, dit Jean-Louis de Valmigère. Clovis lui-même parlait probablement une langue proche de l’alsacien. »

Le Parlement à Strasbourg, c’est « non négociable », a évidemment répliqué Emmanuel Macron qui rappelle que le lieu du siège du Parlement est inscrit dans les traités. Ceux-ci n’ont beau être modifiables qu’à l’unanimité, l’inquiétude est telle que le président a aussitôt dépêché à Strasbourg sa ministre des Affaires européennes. Certains voient pourtant dans cette polémique un nouveau signe de l’influence déclinante de la France en Europe. Mais comme une mauvaise nouvelle n’arrive jamais seule, Emmanuel Macron a annoncé il y a deux semaines qu’il supprimait l’École nationale d’administration (ENA), elle aussi basée à Strasbourg. Rien qui puisse aider sa campagne dans la ville pourtant la plus européenne du continent.