Les europhobes en avance dans les sondages

Globalement, les partis eurosceptiques totaliseraient 173 élus dans le prochain Parlement, dont 107 membres de formations de l’extrême droite (62) ou antieuropéenne (45).
Photo: Frederick Florin Agence France-Presse Globalement, les partis eurosceptiques totaliseraient 173 élus dans le prochain Parlement, dont 107 membres de formations de l’extrême droite (62) ou antieuropéenne (45).

Les élections européennes fin mai vont donner lieu à une grande fragmentation entre groupes politiques, avec un sérieux recul des grandes familles et une forte poussée des partis antieuropéens, selon une dernière projection publiée jeudi par le Parlement, qui inclut le Royaume-Uni.

Les partis conservateurs membres du Parti populaire européen (PPE) et les formations affiliées au groupe des Socialistes et démocrates (S&D) devraient perdre chacune 37 sièges avec respectivement 180 élus pour le PPE et 149 pour le groupe S&D, indique cette projection réalisée sur la base d’enquêtes menées en avril dans les 28 pays de l’UE.

Les deux grands groupes qui ont jusqu’à présent dominé le Parlement européen perdraient ainsi leur capacité de former une majorité à eux seuls. Ils devront composer soit avec l’Alliance des libéraux et démocrates (ALDE), créditée de 76 élus, auxquels pourraient s’ajouter 21 élus français de La République en marche, soit avec les Verts et leurs 57 élus pour parvenir à composer une majorité de 376 élus sur 751, souligne l’analyste Alberto Alemanno, professeur à HEC Paris.

La projection publiée jeudi inclut les 73 sièges du Royaume-Uni, dont la participation aux élections est imposée s’il est encore membre de l’UE à ce moment (du 23 au 26 mai).

Globalement, les partis eurosceptiques ECR, EFDD et ENL totaliseraient 173 élus dans le prochain Parlement, dont 107 membres de formations de l’extrême droite (62) ou antieuropéenne (45). Le grand vainqueur des Européennes serait, selon ces projections, le groupe eurosceptique ENL avec 62 élus (soit 25 élus de plus), dont 26 Italiens de la Ligue du Nord (+20) et 20 Français du Rassemblement national (+5).