Facebook supprime le profil d’une figure de l’extrême droite britannique

Stephen Yaxley-Lennon, alias Tommy Robinson, est le fondateur de l’«English Defence League», un groupe marginal affirmant lutter contre la menace islamiste.
Photo: Chris J. Ratcliffe Agence France-Presse Stephen Yaxley-Lennon, alias Tommy Robinson, est le fondateur de l’«English Defence League», un groupe marginal affirmant lutter contre la menace islamiste.

Facebook a annoncé mardi sa décision de supprimer la page de Tommy Robinson, une figure de l’extrême droite britannique, ainsi que son profil Instagram, pour avoir « régulièrement violé » ses règles en proférant des messages haineux.

« La page Facebook de Tommy Robinson a de manière répétée contrevenu à ces règles, avec des publications utilisant un langage déshumanisant et des appels à la violence dirigés contre les musulmans », explique le réseau social.

« Ce n’est pas une décision que nous prenons à la légère mais les individus et organisations qui attaquent les autres sur la base de ce qu’ils sont n’ont pas leur place sur Facebook et Instagram », a ajouté Facebook, souvent accusé d’agir avec légèreté avec les discours de haine.

Interrogé par l’agence de presse britannique PA, Tommy Robinson a affirmé que Facebook avait réagi à son documentaire Panadrama qui « montre comment l’establishment travaille avec les médias pour me faire tomber et me détruire ».

« Il s’agit d’une attaque contre la liberté d’expression à travers le monde », a-t-il estimé.

Tommy Robinson est le pseudonyme de Stephen Yaxley-Lennon, tiré du nom d’un célèbre hooligan britannique. Il est le fondateur de l’« English Defence League » (EDL), un groupe marginal affirmant lutter contre la menace islamiste.

Condamné en mai à treize mois de prison pour avoir filmé et diffusé sur Internet des images d’un procès criminel qui faisait l’objet de restrictions de couverture, il a été libéré sous caution en août en attente de son procès en appel.

Son cas avait attiré l’attention de l’« alt-right » américaine, ou « droite alternative », et même de Donald Trump Jr., fils du président américain, et de Steve Bannon, ex-conseiller de Donald Trump, qui lui avait apporté son soutien.

En novembre, il est devenu le conseiller spécial du chef du parti europhobe UKIP Gerard Batten.