Berlin et Paris signent un traité de collaboration

Angela Merkel et Emmanuel Macron lors de la signature du nouveau traité pour renforcer la relation franco-allemande
Photo: Ludovic Marin Agence France-Presse Angela Merkel et Emmanuel Macron lors de la signature du nouveau traité pour renforcer la relation franco-allemande

Angela Merkel et Emmanuel Macron ont signé mardi un nouveau traité pour renforcer la relation franco-allemande et envoyer un message de soutien à la construction européenne, au moment où elle est affaiblie par la montée des nationalismes.

Le texte, paraphé en fin de matinée à Aix-la-Chapelle en Allemagne, à quatre mois des élections européennes, est toutefois contesté par l’extrême droite dans les deux pays, qui y voit une perte de souveraineté nationale.

Le traité doit « compléter » celui dit de l’Élysée signé en 1963 entre le général de Gaulle et Konrad Adenauer, qui concrétisa la réconciliation franco-allemande après la guerre.

Il prévoit une convergence des politiques économique, étrangère et de défense des deux pays, une coopération sur les régions transfrontalières, ainsi qu’une « assemblée parlementaire commune » composée de 100 députés français et allemands.

« C’est un moment important pour montrer que le couple franco-allemand est un socle qui peut se relancer […] au service du renforcement du projet européen », fait valoir l’Élysée.

« On n’est jamais allé aussi loin en matière de défense » commune, affirme la présidence française, même si l’entente trouvée a été le fruit d’un difficile compromis sur le sujet compte tenu des divergences traditionnelles entre les deux pays.

Coopération militaire

Paris souhaite davantage d’implication de l’Allemagne dans le domaine militaire, tandis que Berlin est attaché à sa tradition pacifiste. Les deux pays s’étaient accrochés l’an dernier sur les exportations d’armes à Riyad.

Dans le traité, la France et l’Allemagne adoptent « une clause de défense mutuelle » en cas d’agression, sur le modèle de celle prévue au sein de l’OTAN. Ils pourront déployer des moyens ensemble en cas d’attaque terroriste ou coopérer sur les grands programmes militaires, à l’image de leurs projets sur les chars ou les avions de combat.

« L’Allemagne et la France entendent continuer à faire avancer les choses ensemble en Europe », a estimé samedi Angela Merkel.