Brexit: les travaillistes veulent des élections pour «sortir de l’impasse»

Le chef du Labour, Jeremy Corbyn, a répété que son parti voterait contre ce «mauvais accord».
Photo: Oli Scarff Agence France-Presse Le chef du Labour, Jeremy Corbyn, a répété que son parti voterait contre ce «mauvais accord».

Des élections législatives anticipées sont la solution pour débloquer la situation sur le Brexit, a déclaré jeudi Jeremy Corbyn, le leader du Labour, principal parti d’opposition au Royaume-Uni.

Les députés britanniques se prononceront mardi sur l’accord de divorce difficilement négocié par le gouvernement britannique avec l’Union européenne. Mais le rejet du texte, qui hérisse autant les Brexiters que les europhiles, semble quasi inévitable.

Le chef des travaillistes a répété que son parti voterait contre ce « mauvais accord » et estimé que « si le gouvernement ne peut faire passer ce texte extrêmement important, alors il doit y avoir une élection le plus tôt possible ».

Si l’échec du gouvernement à faire passer son texte se concrétise, il entend réclamer le vote d’une motion de censure.

« Pour sortir de l’impasse, une élection est non seulement l’option la plus réaliste, mais également l’option la plus démocratique », a-t-il déclaré lors d’un discours dans une entreprise fabriquant de composants électriques à Wakefield, dans le nord de l’Angleterre, où les électeurs ont voté à 66 % pour quitter l’UE lors du référendum de juin 2016.

Selon M. Corbyn, les vainqueurs de ce scrutin pourront « négocier un meilleur accord pour le Royaume-Uni ».

Il a aussi estimé que l’extension de l’article 50 du Traité de l’UE, qui régit le départ d’un État membre, afin de retarder la date de sortie, « serait une possibilité », car si les travaillistes arrivaient au pouvoir, ils auraient « besoin de temps » pour renégocier avec l’UE.

M. Corbyn a souligné privilégier des élections législatives anticipées à la tenue d’un second référendum, défendue par de nombreux parlementaires travaillistes, dont les deux députées locales. « Nous gardons toutes les options ouvertes », a-t-il dit, mais de nouvelles élections sont la « priorité ».

M. Corbyn a par ailleurs exclu une sortie sans accord de l’UE, comme l’envisage Theresa May en cas de rejet de l’accord qu’elle a négocié.

Il a aussi assuré vouloir réconcilier les Britanniques et le Labour, qui continuent de se déchirer sur le Brexit. « La vraie fracture dans notre pays n’est pas entre ceux qui ont voté pour rester dans l’UE et ceux qui ont voté pour partir », mais entre les travailleurs et « l’élite », a-t-il déclaré.

« La vraie solution est de transformer le Royaume-Uni afin de travailler dans l’intérêt de la vaste majorité, en contestant le pouvoir enraciné d’une élite privilégiée. C’est ainsi que nous pouvons aider à remédier aux profondes divisions du référendum », a-t-il ajouté.