Allemagne: une fuite de données secoue la sphère politique

La divulgation de données privées d’un millier de responsables politiques et de personnalités en Allemagne, dont la chancelière Angela Merkel (notre photo), a mis en émoi le pays vendredi.
Photo: John MacDougall Agence France-Presse La divulgation de données privées d’un millier de responsables politiques et de personnalités en Allemagne, dont la chancelière Angela Merkel (notre photo), a mis en émoi le pays vendredi.

La divulgation sur Internet de données privées d’un millier de responsables politiques et de personnalités en Allemagne, dont la chancelière Angela Merkel, a mis en émoi le pays vendredi.

Un compte Twitter, bloqué depuis, a dévoilé toute une série de contacts privés, données personnelles, correspondances professionnelles et privées, informations financières et documents d’identité, ont révélé vendredi les autorités.

« Environ un millier de personnes sont concernées », a indiqué le responsable de l’organisme allemand chargé de la sécurité informatique, Arn Schönbohm. Tous les grands partis politiques allemands, des démocrates chrétiens (CDU) de la chancelière aux verts, ont été visés, à l’exception du parti d’extrême droite Alternative pour l’Allemagne (AfD).

On trouve aussi dans les informations divulguées des listes de contacts avec des centaines de numéros de téléphone portable et d’adresses, ainsi que des documents internes de partis, comme des listes de membres.

Mais aucune donnée hypercritique n’a été immédiatement repérée par les autorités, notamment en provenance de la chancellerie allemande, également visée. Les informations liées à la chancelière Angela Merkel sont d’« ampleur limitée » et « non critiques », a indiqué une de ses porte-parole, Martina Fiez.

Les personnes à l’origine de cette divulgation d’une importance inédite concernant le monde politique allemand n’ont pas encore été identifiées. Et le mode opératoire exact utilisé reste à déterminer, même si un piratage multiforme et de grande ampleur paraît le plus probable.