Droits de scolarité: la France épargne le Québec

Le premier ministre de France, Édouard Philippe, a annoncé une hausse des droits de scolarité pour les étudiants étrangers à laquelle les Québécois échapperont.
Photo: François Lo Presti Agence France-Presse Le premier ministre de France, Édouard Philippe, a annoncé une hausse des droits de scolarité pour les étudiants étrangers à laquelle les Québécois échapperont.

La France a décidé d'instaurer pour la première fois des droits de scolarité différenciés pour les étudiants non européens, mais les Québécois seront épargnés par ces fortes augmentations annoncées ce lundi par le premier ministre Édouard Philippe.

Ceux qui ont écouté son discours, prononcé aux Rencontres universitaires de la Francophonie à Paris, ont probablement eu des sueurs froides. Édouard Philippe a en effet annoncé une importante augmentation des droits de scolarité des étudiants non européens. Ceux-ci passeront de 170 et 380 euros à 2800 et 3800 euros, selon qu’il s’agit d’une licence ou d’une maîtrise et d’un doctorat.

Heureusement, a appris Le Devoir, les étudiants québécois seront totalement exemptés de ces hausses, car la convention universitaire bilatérale qui unit le Québec et la France est maintenue. « Les étudiants québécois continueront d’être considérés au même titre que les étudiants français et européens, et ne sont donc pas concernés par la mise en place des frais d’inscription différenciés », nous a confirmé la porte-parole du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Marie Francolin.

Depuis 1978, dans le cadre des premières ententes internationales signées avec la France, les étudiants québécois jouissent en effet des mêmes droits de scolarité que les étudiants français. Même si, en 2015, le Québec avait haussé les droits des étudiants français de premier cycle (au niveau de ceux payés par les étudiants canadiens), la France a maintenu ce privilège pour les étudiants québécois à tous les niveaux de l’enseignement universitaire.

Lors de la signature de la nouvelle entente, le 6 mars 2015 à Québec, les premiers ministres Philippe Couillard et Manuel Valls avaient d’ailleurs exprimé leur souhait de voir plus d’étudiants québécois accueillis en France, notamment dans les grandes écoles. Les mesures annoncées par Édouard Philippe lundi permettront-elles de modifier ce déséquilibre ? Rien n’est moins sûr.

Plus de cours en anglais

Déjà au quatrième rang des pays qui accueillent le plus d’étudiants étrangers (et au premier rang des pays non anglophones), la France veut passer à une vitesse supérieure. D’ici 2027, a annoncé Édouard Philippe, elle souhaite accueillir 500 000 étudiants étrangers, comparativement à 324 000 actuellement.

Elle compte le faire en multipliant le nombre de cours directement offerts en anglais ainsi qu’en doublant le nombre de cours de français langue étrangère. Depuis 2005, le nombre de formations dispensées en anglais a déjà été multiplié par cinq, pour atteindre 1015 programmes, pour l’essentiel au niveau de la maîtrise. Selon Le Monde, 241 masters nationaux sont aujourd’hui offerts à 100 % en anglais, soit près de 7 % des 3560 masters répertoriés.

Le gouvernement entend lever tous les « obstacles juridiques » au développement de ces programmes en anglais qui concernent surtout l’administration, les sciences et l’ingénierie. Le document d’orientation présenté par Édouard Philippe n’hésite pas à prendre exemple sur les Pays-Bas, « qui proposent désormais la quasi-totalité de leurs formations en anglais » et sont ainsi passés du 27e au 12e rang des pays accueillant le plus d’étudiants étrangers. Dans ce pays, le néerlandais est devenu rarissime dans de nombreuses filières scientifiques. On sait que la capacité d’attirer des étudiants étrangers est devenue un mode de financement dans de nombreuses universités et un critère important dans les classements internationaux, par ailleurs controversés.

« Les étudiants investissent dans leur formation, parfois en s’endettant, ils les choisissent donc scrupuleusement avec des critères non pas de contenus, mais de marques. Si nous voulons être compétitifs dans ce système, nous devons les attirer, et cela passe notamment par un catalogue de cours en anglais », déclarait récemment sur France Culture Sylvie Chevrier, responsable des échanges internationaux du Département d’économie à l’université Paris Est-Marne-la-Vallée.

Le grand perdant : l’Afrique

Plusieurs craignent que cette réorientation se fasse au détriment des étudiants de l’Afrique francophone, qui représentent aujourd’hui 45 % des étudiants étrangers en France. D’autant plus que le président Emmanuel Macron n’a jamais caché son intention d’accroître tout particulièrement le nombre d’étudiants venant des pays dits émergents, comme l’Inde, la Russie, l’Indonésie et la Chine.

Pour compenser la hausse importante des droits de scolarité, Édouard Philippe a cependant annoncé qu’il portera à 15 000 les 7000 bourses aujourd’hui destinées principalement aux pays en développement. Selon le premier ministre, cette réforme vise à faire en sorte que « l’attractivité [de la France] ne soit plus tant fondée sur la quasi-gratuité que sur un vrai choix, un vrai désir, celui de l’excellence ».

Même avec ces augmentations, les droits en France resteront très en dessous des 8000 à 13 000 euros qu’un étudiant étranger doit payer aux Pays-Bas et des dizaines de milliers de livres que lui coûte une année d’études au Royaume-Uni. Les syndicats étudiants craignent néanmoins qu’en mettant fin à la tradition universaliste française on pénalise les étudiants les plus défavorisés. Selon l’expert Nicolas Charles, cité dans Le Monde, « dans les pays qui ont augmenté leurs droits, le nombre d’étudiants a mécaniquement baissé ».