Attaque à la voiture-bélier à Londres

Une Ford Fiesta a foncé mardi matin sur un groupe de cyclistes et des piétons avant d'entrer en collision avec les barrières de sécurité qui ceinturent le Parlement.
Photo: Daniel Leal-Olivas Agence France-Presse Une Ford Fiesta a foncé mardi matin sur un groupe de cyclistes et des piétons avant d'entrer en collision avec les barrières de sécurité qui ceinturent le Parlement.

La police britannique menait mardi des perquisitions liées à l’attaque à la voiture-bélier commise par un Britannique de 29 ans devant le parlement, à Londres, qui a fait trois blessés.

L’attaque est survenue peu après 7 h 30 : des images diffusées par la BBC montrent le véhicule, une Ford Fiesta gris métallisé, en train de quitter sa trajectoire vers un passage piéton, puis de foncer vers deux policiers qui s’écartent in extremis avant qu’il ne percute une barrière de sécurité régulant l’accès au parlement, qui ne siège pas cette semaine.

Le conducteur, un Britannique de 29 ans, seul occupant du véhicule, a été arrêté sur place. Il n’était pas connu des services de police, a précisé Scotland Yard.

L’attaque a fait trois blessés, dont deux ont été brièvement hospitalisés, tandis que le troisième avait été traité sur place.

« Nous traitons cela comme un incident terroriste », a déclaré à la presse le chef de l’antiterrorisme, Neil Basu. Le suspect est détenu pour « soupçon d’actes terroristes », et « ne coopère pas ».

Acte délibéré

La police antiterroriste, chargée de l’enquête, procédait en fin d’après-midi à trois perquisitions, deux à Birmingham, et une à Nottingham (centre de l’Angleterre), en lien avec les services de police locaux. Elle a établi que le véhicule était arrivé de Birmingham à Londres lundi soir.

« Ça avait l’air d’être un acte délibéré », a raconté un témoin, Ewalina Ochab, à l’agence britannique Press Association. « Je marchais de l’autre côté de la rue, j’ai entendu du bruit et quelqu’un a crié. Je me suis retournée et j’ai vu une voiture grise roulant très vite près des barrières, peut-être même sur le trottoir », a-t-elle ajouté.

La première ministre Theresa May, en vacances en Suisse, a souhaité un « prompt rétablissement » aux blessés, et remercié les services d’urgence pour leur « formidable courage ». « La menace terroriste au Royaume-Uni reste grave », a-t-elle souligné, appelant le public à « demeurer vigilant ».

Une réunion interministérielle de crise a eu lieu dans l’après-midi.