L’Autriche s’attaque à l’«islam politique»

Un membre de la communauté turque était en colère vendredi à Vienne devant la mosquée Nizam-i Alem fermée par l’État.
Photo: Alex Halada Agence France-Presse Un membre de la communauté turque était en colère vendredi à Vienne devant la mosquée Nizam-i Alem fermée par l’État.

Le gouvernement conservateur autrichien a lancé vendredi une offensive contre « l’islam politique » qui pourrait conduire à l’expulsion de dizaines d’imams financés par la Turquie et à la fermeture de sept mosquées accusées notamment de tendances extrémistes.

« Des sociétés parallèles, l’islam politique et la radicalisation n’ont pas leur place dans notre pays », a déclaré lors d’une conférence de presse le chancelier autrichien Sebastian Kurz, également chef du parti conservateur (ÖVP) qui gouverne depuis décembre 2017 avec la formation d’extrême droite FPÖ.

Le gouvernement a annoncé qu’il a ordonné la fermeture durabe de sept lieux de culte musulmans qui contreviennent selon lui à la Loi sur l’islam de 2015, laquelle impose « une attitude positive envers l’État et la société » de la part des responsables de mosquées.

Des démarches ont par ailleurs été engagées pour reconsidérer les autorisations de séjour des imams rattachés à l’Union islamique turque d’Autriche (Atib), la plus puissante association religieuse turque dans le pays, liée à la Direction des affaires religieuses en Turquie (Diyanet). La Loi autrichienne sur l’islam interdit le financement des imams par des fonds étrangers.

« Le cercle de personnes qui pourraient être affectées par ces mesures comprend environ 60 imams », a précisé le ministre de l’Intérieur (FPÖ), Herbert Kickl. Avec leurs familles, quelque 150 personnes au total pourraient perdre leur droit de résidence, a-t-il indiqué.

Ankara dénonce, Salvini applaudit

Ankara a vivement réagi, qualifiant ces annonces de « résultat de la vague populiste, islamophobe, raciste et discriminatoire dans ce pays », selon les propos sur Twitter du porte-parole du président Recep Tayyip Erdogan.

Mais les dirigeants de deux des principaux partis d’extrême droite en Europe, la Ligue italienne et le Rassemblement national français, ont applaudi à ces annonces. « L’Autriche prend les choses en main contre l’islam politique », a écrit Marine Le Pen dans un tweet. Le tout nouveau ministre italien de l’Intérieur, Matteo Salvini, chef de la Ligue, a salué l’initiative autrichienne contre « l’extrémisme religieux », souhaitant rencontrer rapidement l’exécutif viennois.

Dans les faits, seuls deux imams affiliés à l’Atib, sur les 60 personnes potentiellement concernées, se sont d’ores et déjà vu opposer un avis négatif de séjour et risquent l’expulsion. Les autres cas seront examinés au fur et à mesure et l’ensemble de la procédure prendra du temps, a précisé le gouvernement, ajoutant que les décisions pouvaient également faire l’objet de recours.

Environ 360 000 personnes d’origine turque vivent en Autriche, dont 117 000 ont la nationalité turque. Les relations entre Ankara et Vienne sont particulièrement tendues depuis la répression qui a suivi la tentative de putsch contre Recep Tayyip Erdogan en juillet 2016.

Vendredi, l’opposition sociale-démocrate a salué « les premières mesures intelligentes du gouvernement », tandis que les verts se sont inquiétés que ces annonces renforcent le parti du président Erdogan.

Parmi les sept mosquées — dont quatre à Vienne — à l’encontre desquelles une fermeture a été ordonnée, six sont chapeautées par une association, sans affiliation nationale et non liée à la Turquie, baptisée « Association culturelle arabe ». Certains de ses représentants sont accusés de prêcher un islam radical.

Une septième mosquée est jugée sous influence de l’organisation ultranationaliste turque « Les Loups gris ».