Nouvelles grèves des transports en France

Photo: Christophe Ena Archives Agence France-Presse

Paris — Les cheminots français étaient de nouveau dans la rue jeudi pour « mettre la pression » sur le gouvernement engagé dans sa réforme du transport ferroviaire, pendant que les salariés d’Air France observaient leur douzième journée de grève depuis février.

Tandis que la SNCF, la compagnie nationale des chemins de fer, et l’exécutif parlent d’un essoufflement du mouvement, plusieurs centaines de cheminots se sont réunis à Paris pour montrer qu’ils « ne faiblissent pas », quatre jours avant d’être reçus par le premier ministre Édouard Philippe.

« On est là pour maintenir la pression sur le gouvernement. C’est le premier ministre qui est le seul à pouvoir prendre des décisions. Il est déterminé, mais nous aussi », a expliqué Frédéric Pavé, un membre du syndicat CGT.

Accueilli jeudi à Bourges (centre) sous quelques huées, Édouard Philippe a répété qu’il y avait « trois principes non négociables : l’ouverture à la concurrence, la fin du recrutement au statut, la réorganisation de l’entreprise ».

Plusieurs autres rassemblements ont eu lieu ailleurs en France. À Metz (est) par exemple, une cinquantaine de cheminots se sont réunis derrière une banderole : « Non à la désindustrialisation de la Lorraine, les cheminots dans l’action pour le service public et l’emploi ».

Le trafic ferroviaire restait perturbé avec un TGV sur deux, un Intercité (train de moyenne distance) sur trois, deux trains régionaux sur cinq.

Dans les airs, le trafic était aussi ralenti chez Air France, mais moins qu’au cours des 11 journées de grève précédentes. La compagnie, dont le personnel réclame une hausse de salaire de 6 %, assure près de 85 % de ses vols (contre 70 à 75 % précédemment), en raison d’une mobilisation plus faible des pilotes.

Comme à la SNCF, cette nouvelle séquence de grèves se poursuivra vendredi. La direction d’Air France, qui prévoit trois vols sur quatre maintenus, fera connaître ce jour-là le résultat de sa consultation sur son projet d’accord salarial pluriannuel.

Deux autres journées de grève sont annoncées pour les 7 et 8 mai dans la compagnie. La prochaine série de grèves à la SNCF aura lieu les 8 et 9 mai.

Le gouvernement fait face à divers mouvements sociaux qui peinent à s’agréger, malgré les tentatives des syndicats et de partis de gauche, comme la France insoumise qui appelle à une manifestation samedi à Paris pour faire la « Fête à Macron », un an après l’arrivée d’Emmanuel Macron à la tête de l’État.