La langue corse sur la voie de l’extinction

Les rudiments de la langue corse sont enseignés à l’école, mais la plupart des enfants n’en auront jamais la maîtrise véritable.
Photo: Pascal Pochard-Casabianca Agence France-Presse Les rudiments de la langue corse sont enseignés à l’école, mais la plupart des enfants n’en auront jamais la maîtrise véritable.

Emmanuel Macron est favorable à une mention de la Corse dans la Constitution. Mais l’ouverture du président de la France ne va pas aussi loin que le souhaitent les nationalistes corses. Deuxième d’une série de trois textes.

Entre le mont Cinto qui culmine à 2700 mètres d’altitude et le lac de Calacuccia, Jean-Yves Acquaviva cultive la châtaigne et élève des brebis. Dans son village de Lozzi, la plupart des 60 habitants permanents parlent le corse. Mais il ne faut pas se fier aux apparences, dit-il. Lorsque vint le moment d’inscrire son fils à l’école, sur cinquante enfants, ce dernier était le seul à avoir appris la langue à la maison. Les autres en apprendront les rudiments à l’école, mais la plupart n’en auront jamais la maîtrise véritable.

« Les gens pensent que leurs enfants apprendront le corse à l’école avec trois heures d’enseignement par semaine. Mais il n’y a aucune société où l’on apprend sa langue uniquement à l’école », dit celui qui est aussi l’auteur de deux romans et de nombreux poèmes et textes de chansons écrits en corse. L’écrivain ne se fait guère d’illusion : « Le corse est en voie d’extinction depuis trente ans. Certes, il n’est pas sur le point de disparaître, mais ça va arriver. »

Pourtant, cet écrivain né en Bretagne d’un père militaire corse et dont la grand-mère ne connaissait que quelques mots de français n’a appris cette langue qu’à 12 ans. « C’est devenu pour moi, une nouvelle langue maternelle, dit-il. Si je peux écrire un roman en français, jamais je ne pourrai écrire de poésie dans une autre langue que le corse. Pour moi, écrire en corse est un acte de résistance. Mais je ne me fais pas d’illusions. »

Ce constat accablant est partagé par la plupart des experts. En dépit du fait que le corse est aujourd’hui offert à tous les niveaux du système scolaire de l’île, et qu’il est même obligatoire au primaire, on estime que seulement 26 % des insulaires entre 18 et 24 ans parlent le corse. Selon Jean-Yves Acquaviva, sur les 330 000 habitants de la Corse, moins de 100 000 parlent le corse, et la plupart de ces derniers ne l’écrivent pas. Un important réseau d’écoles bilingues a beau être en développement — quelques écoles d’immersion ouvriront même dès la rentrée 2018 —, le corse est une langue en voie de disparition selon les critères de l’UNESCO.

« Malgré toutes ces mesures, l’extinction du corse est une évidence », dit la linguiste Stella Retali-Medori de l’Université de Corse Pascal Paoli à Corte, dans le centre du pays. Selon elle, si on le classe en fonction du taux de transmission dans la famille, le corse arrive derrière le français, l’arabe et le portugais. Avant d’entrer à l’école, à peine 2 % des enfants de l’île ont appris uniquement le corse avec leurs parents et environ 14 % ont appris le corse et le français. Les autres enfants de l’île ne sont élevés qu’en français et ne découvriront donc le corse qu’à l’école au rythme de trois heures d’enseignement par semaine.

« Même dans les villages, on parle de moins en moins le corse, dit Mme Retali-Medori. Moi, j’ai eu la chance de l’apprendre avec ma grand-mère. C’est un paradoxe. Avant, le corse était parlé par tout le monde, mais il n’était pas enseigné à l’école. Aujourd’hui qu’il l’est, il est de moins en moins parlé dans la rue. » La linguiste raconte qu’un jour, un enfant l’entendant parler corse lui a demandé pourquoi elle s’exprimait en anglais. Cet enfant ne reconnaissait plus la musique de la langue. En Corse, elle constate tous les symptômes bien connus du déclin d’une langue. « On entend de moins en moins l’accent corse. On parle souvent une langue très polluée par le français. Même les toponymes sont de plus en plus en français. On a beau enseigner le corse, aujourd’hui, ce sont les conditions de sa pratique qui ne sont pas réunies. »

Une langue coupée de ses racines

Même les jeunes qui votent pour les partis nationalistes parlent souvent très peu le corse, note son collègue Jean-Michel Géa, qui voit d’ailleurs dans ce nationalisme un effet de compensation. « Cet attachement aux racines est souvent très conceptuel alors qu’en réalité, on bascule dans la société de consommation. Et ce basculement se fait évidemment en français. » Malgré une véritable poussée nationaliste chez les jeunes, souvent ils n’osent pas parler corse. Comme ils n’en ont qu’une connaissance approximative, ils ont peur de faire des fautes. Dès que quelqu’un s’adresse à eux en français, ils mettent le corse de côté. Autre signe évident du déclin d’une langue.

Parmi les causes de ce déclin, Stella Retali-Medori souligne que le corse a en quelque sorte été coupé de ses racines italiennes. « La rupture avec la Sardaigne et l’Italie a été déterminante, dit-elle. Bien sûr, il y a le tourisme massif, la démographie, les médias qui sont tous en français. Mais, dès qu’on coupe une langue de ses références littéraires, on en perd le prestige. Or, en corse, la langue littéraire a toujours été l’italien. On trouve d’ailleurs de nombreuses similitudes entre le corse et le toscan classique. »

Depuis trois décennies, on assiste pourtant à une indéniable renaissance culturelle corse. Dans son petit théâtre d’Ajaccio, Locu Teatrale, Marianna Nativi se donne pour mission de transmettre la culture corse. Cette comédienne qui a été formée au conservatoire de Québec, où elle a travaillé avec Robert Lepage, donne des cours de théâtre en corse dans les écoles bilingues de la ville. En 2015, elle a même fait une grève de la faim pour empêcher la fermeture de son théâtre.

« Est-ce qu’on va arriver à maintenir cette langue ? Le fait d’avoir vécu au Québec m’a rapprochée de ma langue. Il y a une réappropriation culturelle certaine dans la chanson et le théâtre, mais même les nationalistes souvent ne parlent pas le corse. Dans l’île, il n’y a même pas de conservatoire de théâtre. Il faut aller se former sur le continent. Les jeunes ont une passion pour le chant corse. Mais, certains jours, je suis pessimiste. »

« A lingua di u pane »

Sur les murs de l’Université de Corte, on lit sur une affiche qu’il faut passer d’une « langue qui se meurt » (a lingua si ne more) à une « langue pour le travail » (a lingua di u pane). Pour les nationalistes, la seule façon de freiner ce déclin serait de décréter la co-officialité du corse et du français dans l’île. « Il faut en faire un instrument de promotion sociale, dit le leader de Corsica libera, Jean-Guy Talamoni, qui est aussi professeur de littérature corse. Aujourd’hui, il est illégal d’exiger la connaissance du corse pour quelque emploi que ce soit. Pourtant, on sent une véritable demande dans la jeunesse. »

Même si Paris refuse de donner un statut officiel au corse dans l’île, le président du conseil exécutif corse, Gilles Simeoni, n’entend pas en demeurer là. Il compte, dit-il, contourner la loi et inscrire la connaissance du corse pour certains emplois non pas comme « obligatoire », ce qui serait illégal, mais comme « préférable ». « On va aller jusqu’au bout des possibilités du système », assure-t-il.

Les linguistes rappellent pourtant que, à l’exception de l’hébreu en Israël, on ne connaît guère de langue qui a pu renaître de ses cendres. Même les efforts de la République d’Irlande en faveur du gaélique, qui est une des langues officielles de l’Union européenne, n’ont pas donné de résultats probants. Pour Jean-Yves Acquaviva, l’État français n’a aucune raison de se sentir menacé par le corse. « La co-officialité pourrait peut-être pousser les gens à transmettre un peu plus la langue à leurs enfants, dit-il. Mais, jamais le corse ne pourra concurrencer le français. Je suis très heureux de parler le français, qui m’offre la possibilité d’accéder à la littérature du monde entier. C’est irremplaçable. Pourtant, le corse fait partie de moi. C’est la langue de la liberté. Il y a parfois une certaine hypocrisie à brandir des drapeaux sans parler le corse. J’ai parfois l’impression qu’on court après quelque chose qui n’existe pas… »