L’Europe toujours dans le froid et la neige

Une bonne partie de l’Europe était toujours plongée vendredi dans le froid et la neige.
Photo: Sergei Supinsky Agence France-Presse Une bonne partie de l’Europe était toujours plongée vendredi dans le froid et la neige.

Londres — Une bonne partie de l’Europe était toujours plongée vendredi dans le froid et la neige, qui ont fait en une semaine une soixantaine de morts, même si certaines régions commençaient enfin à voir une amélioration.

Au Royaume-Uni, un vent glacial soufflait dans la matinée sur Londres, menacée comme une bonne partie du pays de nouvelles chutes de neige dans l’après-midi, et le mauvais temps a poussé la première ministre Theresa May à renoncer à se déplacer comme prévu à Newcastle pour son discours sur le Brexit, qui sera prononcé dans la capitale.

Dans la nuit de jeudi à vendredi, l’armée a été appelée en renfort dans le Hampshire, dans le sud de l’Angleterre, pour aider des automobilistes coincés en raison du mauvais temps, tandis que dans la région de Manchester, des centaines d’automobilistes sont restés bloqués.

Et les météorologues annonçaient de probables nouvelles chutes de neige, y compris à Londres et dans le sud-est, et pour les régions qui y échapperaient, des pluies verglaçantes — avec leur cortège de routes bloquées, de régions isolées et de coupures de courant.

Mais la vedette des médias vendredi matin était « le bébé de la neige », une petite fille née jeudi dans la voiture de ses parents bloquée par la neige alors qu’ils tentaient d’arriver à l’hôpital, dans le nord de l’Angleterre. Finalement transportées à l’hôpital par une ambulance, la mère et l’enfant — placée immédiatement dans un berceau chauffé — se portaient bien, annonçait un peu plus tard l’hôpital.

En Irlande, le plus dur du blizzard résultant de la combinaison de la vague de froid sibérien et de la tempête Emma venue de l’Atlantique « est maintenant passé, et les gens peuvent à nouveau sortir de chez eux, tout en restant très prudents », a twitté le ministre du Logement et de l’Aménagement, Eoghan Murphy.

   

L’aéroport de Dublin restait toutefois fermé jusqu’à samedi, et après la journée particulièrement dure de jeudi, quelque 24 000 foyers ou entreprises étaient toujours vendredi privés d’électricité.

En Italie, le froid était bien moins sévère, avec des températures tout juste négatives, mais suffisamment inhabituel pour provoquer encore de gros problèmes de transports, avec plusieurs routes et autoroutes fermées ou bloquées en raison du verglas ou de la neige.

 
Photo: Miguel Medina Agence France-Presse En Italie, le froid est bien moins sévère, avec des températures tout juste négatives, mais suffisamment inhabituel pour provoquer de gros problèmes de transports.

Le temps devrait encore se dégrader jusqu’à vendredi soir dans le nord et le centre du pays, où de nombreuses écoles restaient fermées et les autorités recommandaient de ne se déplacer qu’en cas de nécessité.

En Suisse, la neige a recommencé à tomber abondamment vendredi matin, obligeant les autorités à fermer de nouveau l’aéroport de Genève « pour une durée indéterminée ».

Si une partie de l’Europe centrale et des Balkans (la Serbie et la Croatie, notamment) connaissait une amélioration, la Pologne quant à elle était toujours plongée dans un froid intense qui a fait deux morts de plus les dernières 24 heures, portant le bilan des victimes des intempéries dans le pays depuis vendredi dernier à 23 personnes.

La nuit dernière, les températures sont descendues jusqu’à -27 °C dans le sud du pays, et devraient atteindre -17 °C dans la journée, mais le temps devrait s’adoucir à partir du week-end.

Surnommée « La Bête de l’Est » par les médias britanniques, « L’Ours de Sibérie » aux Pays-Bas, le « Canon à neige » en Suède ou le « Moscou-Paris » en France, la vague de froid a fait au moins 59 morts depuis vendredi dernier, selon un comptage des bureaux de l’AFP : 23 en Pologne, 7 en Slovaquie, 6 en République tchèque, 5 en Lituanie, 4 en France, au moins 3 en Espagne, 2 en Italie tout comme en Roumanie, en Serbie et en Slovénie, un aux Pays-Bas, en Angleterre et en Suède.

Pendant que tous ces pays se débattaient avec des conditions inhabituelles pour eux, le record de froid en Europe est revenu ces derniers jours à la petite ville de Folldal, dans le centre de la Norvège, avec des jusque -42 °C la nuit. Un record qui laisse les habitants de glace, tant ils sont habitués au froid extrême. « La vie suit globalement son cours », a expliqué la maire, Hilde Frankmo Tveråen, à la chaîne TV2.