Intempéries dans les Alpes: un Britannique disparu, des milliers de touristes isolés

L’accès aux stations françaises de Tignes et Val-d'Isère a rouvert mardi, mais les déplacements à pied sont encore interdits dans certaines zones, car le risque d’avalanche demeure.
Photo: Jean-Pierre Clatot Agence France-Presse L’accès aux stations françaises de Tignes et Val-d'Isère a rouvert mardi, mais les déplacements à pied sont encore interdits dans certaines zones, car le risque d’avalanche demeure.

Un skieur britannique disparu dans l'est de la France, 13 000 touristes coupés du monde dans une station de ski en Suisse, des milliers d'autres en Italie: les chutes de neige exceptionnelles qui se sont abattues ces derniers jours sur les Alpes ont provoqué de nombreuses perturbations.

 

En Savoie (est de la France), il est tombé en 36 heures 1,50 à 1,80 m de neige. Une légère amélioration de la météo mardi a permis aux secouristes de lancer des recherches pour tenter de retrouver un skieur britannique de 39 ans disparu dimanche en fin de journée après avoir voulu « faire une dernière piste », selon la gendarmerie d'Albertville.

 

L'accès aux stations françaises de Tignes et Val-d'Isère a rouvert mardi, mais les déplacements à pied sont encore interdits dans certaines zones, car le risque d'avalanche demeure.

 

13 000 touristes bloqués à Zermatt

En Suisse, les régions du Haut-Valais (sud) ont enregistré jusqu'à 1,80 m de neige au cours des trois derniers jours et l'alerte avalanche a été portée à son degré maximum, selon Météo Suisse.  

 

Le premier entraînement en vue de la descente de Coupe du monde de ski prévue samedi à Wengen (centre de la Suisse) a été annulé mardi en raison des intempéries et du vent violent qui ont provoqué des dégâts sur la piste. Mais les épreuves prévues vendredi, samedi et dimanche ont été maintenues.

 

La station alpine de Zermatt, dans le canton du Valais (sud-ouest), était, elle, coupée du monde depuis lundi soir, avec environ 13 000 touristes, a indiqué à l'AFP une responsable de la station, Janine Imesch. 

Photo: Mark Ralston Agence France-Presse Le train reste bloqué à la gare de Zermatt à cause des importantes chutes de neige.

« On ne peut pas skier ou faire de la randonnée, mais c'est tranquille, un peu romantique. Ce n'est pas la panique », a commenté Mme Imesch.

 

« Les arrivées et les départs ne sont pas possibles pour le moment » et il peut y avoir des « coupures d'électricité », a expliqué sur son site la célèbre station, qui précise aussi qu'un pont aérien doit être mis en place dans la journée.

 

D'autres villages du Valais sont isolés à la suite de coulées de boue, de chutes de pierre et de risque d'avalanche qui ont entraîné la fermeture de plusieurs routes, selon l'agence suisse ATS.

 

Le canton du Valais n'a pas connu une telle situation depuis neuf ans, a expliqué le chef adjoint de la section des dangers naturels Pascal Stoebener, cité par l'ATS.

 

En Italie aussi

Les chutes de neige exceptionnelles qui se sont déversées sur le versant italien des Alpes ont aussi isolé des villages.

 

À Sestrières, où il est tombé plus de deux mètres de neige en 48 heures, une avalanche a heurté dans la nuit de lundi à mardi un immeuble de cinq étages situé près de la route départementale menant à la station de ski. Les 29 personnes qui s'y trouvaient ont pu être évacuées saines et sauves, certaines par un conduit creusé dans le garage.

 

Une femme de 70 ans est morte dans la nuit après un malaise: une ambulance est venue la chercher pour la conduire en urgence à l'hôpital de Suse, dans la vallée en contrebas, mais le véhicule est resté bloqué sur la route par un arbre tombé en raison du poids de la neige et la patiente est décédée à son arrivée à l'hôpital.

 

Plusieurs routes situées sur d'éventuels couloirs ont été coupées à la circulation par mesure de précaution, isolant certaines communes, comme la station de ski de Cervinia, dans la vallée d'Aoste, ou encore Sestrières.

 

Dans cette station, le village olympique construit pour les Jeux de Turin en 2006 et devenu un vaste complexe hôtelier abritant ces jours-ci une centaine de personnes a été entièrement évacué par crainte des possibles coulées de neige.

 

Les vacances scolaires étant terminées, le nombre de touristes et d'habitants bloqués est passé de 11 000 la semaine dernière à environ 5000 mardi, selon la presse italienne.