Poutine dépose son dossier de candidature pour la présidentielle russe

M. Poutine, 65 ans, se présente en tant que candidat indépendant pour l’élection du 18 mars, pour laquelle il part grand favori faute de réelle concurrence.
Photo: Alexander Nemenov / Pool / Agence France-Presse M. Poutine, 65 ans, se présente en tant que candidat indépendant pour l’élection du 18 mars, pour laquelle il part grand favori faute de réelle concurrence.

Moscou — Vladimir Poutine, qui souhaite briguer un quatrième mandat à la présidentielle de mars 2018, a déposé mercredi, devant les caméras de télévision, son dossier de candidature à la Commission électorale centrale.

Assis tout sourire derrière un bureau, le président russe a présenté son passeport au membre de la Commission qui le recevait, transmis un dossier de documents qui ont été vérifiés, dont un justificatif de revenus, et échangé quelques mots avec lui.

« Les documents ont été reçus, merci, bonne chance et Bonne Année ! » a conclu le membre de la Commission.

M. Poutine, 65 ans, se présente en tant que candidat indépendant pour l’élection du 18 mars, pour laquelle il part grand favori faute de réelle concurrence et qui le porterait au pouvoir jusqu’en 2024, un quart de siècle après avoir été désigné dauphin de Boris Eltsine.

Plus d’une vingtaine de candidats ont dit vouloir affronter Vladimir Poutine lors de ce scrutin. Devraient ainsi être admis dans la course le dirigeant du parti d’extrême droite LDPR Vladimir Jirinovski, le candidat du Parti communiste Pavel Groudinine, ou encore la journaliste proche de l’opposition libérale Ksenia Sobtchak.

La candidature du principal opposant au Kremlin, Alexeï Navalny, 41 ans, a été rejetée lundi par la Commission électorale centrale. Cette dernière a invoqué une condamnation pour détournement de fonds dans une affaire que ce juriste à l’origine d’enquête sur la corruption des élites dénonce comme montée de toutes pièces pour l’éloigner de la politique.

En dépit de problèmes comme la corruption, la protection médicale de piètre qualité ou encore un niveau de pauvreté grandissant, les sondages prévoient une très large victoire de Vladimir Poutine.

Nombre d’observateurs prévoient toutefois une abstention élevée vue la popularité du président au pouvoir depuis 18 ans et l’absence de son principal opposant.

2 commentaires
  • Michel Lebel - Abonné 27 décembre 2017 11 h 57

    Quelle rigolade!


    Pour faire dans l'esprit des Fêtes: quelle farce!

    M.L.

  • Claude Gélinas - Abonné 27 décembre 2017 12 h 48

    Tentative d'explication.

    Gorbatchev est, selon certains analystes, détester des russes depuis la chute du mur de Berlin en raison du fait que Staline avait gagné la guerre alors que Gorbatchev , selon ses détracteurs, l'avait perdu.

    Alors que les Russes apprécient Poutine jadis garde du corps d'Elstine et désigné par lui comme son successeur comme s'il voulait se venger par personne interposée de Gorbatchev.

    Mais ce grand pays demeure un simulacre de démocratie avec la corruption galopante de ces oligarches et de la garde rapprochée de Poutine qui selon Forbes est considéré comme milliardaire.

    Comment un Président d'une démocratie qui reçoit un traitement raisonnable pourrait-il devenir milliardaire ? Poser la question, c'est y répondre.

    Et pour écarter ses adversaires quoi de mieux qu'un contrôle fiscal ou qu'une accusation sans fondement alors que l'accusé passe devant des juges au service du pouvoir.