Une campagne électorale surréaliste en Catalogne

L’ancien président de la Catalogne, Carles Puigdemont, fait campagne depuis Bruxelles où il a trouvé refuge.
Photo: Javier Soriano Agence France-Presse L’ancien président de la Catalogne, Carles Puigdemont, fait campagne depuis Bruxelles où il a trouvé refuge.

« Une campagne très normale », proclame la une d’un magazine humoristique qui s’affiche dans tous les kiosques de Barcelone. On y voit les candidats réunis pour un débat télévisé. Lorsque le dernier participant arrive enfin, il est enchaîné, menotté et transporté par des gardes civils.

À moins de trois jours des élections législatives anticipées de Catalogne, la campagne très serrée qui s’achèvera jeudi n’est pas loin de ressembler à cette caricature. Jamais n’avait-on vu dans l’Europe contemporaine un candidat faire campagne depuis une cellule de prison, comme c’est le cas d’Oriol Junqueras, ancien vice-président de Catalogne et tête de liste d’un des deux grands partis indépendantistes catalans, Esquerra Republicana. Sans compter l’ancien président catalan qui dirige l’autre grand parti indépendantiste, Junts per Catalunya, et qui fait campagne de Bruxelles où il est en exil. Ce qui ne l’empêche cependant pas de s’adresser chaque soir aux Catalans à la télévision, contrairement à Junqueras qui doit se contenter de faire lire ses lettres manuscrites dans les assemblées du parti où, chaque fois, une chaise symbolique reste vide en signe de solidarité.

Les humoristes en ligne de mire

On n’aurait jamais pu imaginer un sketch aussi déjanté, reconnaît l’humoriste Édouard Biosca. Cet homme dans la cinquantaine est connu de tous en Catalogne sous le nom de Monsieur Bohigues, un pilier de bar qui philosophe sur tout et n’importe quoi. Bohigues est l’un des personnages de l’émission d’après-midi la plus écoutée, sur RAC1, de la radio catalane. Cela fait dix ans que Biosca interprète à la radio, à la télévision et au théâtre ce grand bonhomme ahuri et bonasse devenu avec le temps un double de lui-même.

C’est pourtant malgré lui que Biosca est devenu une vedette de cette campagne électorale depuis qu’il a été accusé d’injure et d’incitation à la haine. Tout cela pour avoir lancé en ondes, dans son émission humoristique, que 10 000 rats avaient envahi le port de Barcelone. Une allusion évidente à l’arrivée des 10 000 policiers venus empêcher le référendum catalan du 1er octobre dernier. Eduard Biosca devra donc comparaître devant un juge le 22 janvier prochain pour des accusations passibles de plusieurs années de prison. « Dans notre émission, on rit de tout, dit-il. Il y a des personnages qui rient aussi des indépendantistes. Mais ceux-là, personne ne les poursuit. D’ailleurs, dans quel pays démocratique poursuit-on ainsi des humoristes ? »

Indépendantiste assumé, Biosca dit n’avoir fait que son métier. « Monsieur Bohigues ne fait même pas de politique, dit-il. C’est plutôt un doux rêveur qui vit dans un monde parallèle. D’ailleurs, lui, il a trouvé la solution au problème catalan. Il est pour une Espagne unie avec comme capitale… Barcelone. » Fallait y penser !

Touche pas à la police

Depuis la récente montée en puissance de l’indépendantisme catalan et le référendum violemment réprimé du 1er octobre dernier, ce genre de poursuites est devenu courant en Catalogne. Il suffit souvent d’un tweet d’un syndicat de police pour qu’un juge convoque les fautifs, explique Joan Ferrus, directeur adjoint de la revue El Jueves (Le Jeudi), le Charlie Hebdo espagnol, diffusé à 70 000 exemplaires dans toute l’Espagne. Le même couperet s’est abattu sur lui pour un article fictif publié dans le tout aussi fictif Thursday News. Il y évoquait une soudaine pénurie de cocaïne en Catalogne due à l’envoi des 10 000 policiers envoyés par Madrid pour réprimer le référendum du 1er octobre. « Le plus drôle, dit Ferrus, c’est que dans de nombreuses régions d’Espagne il n’est pas rare que des policiers aient été liés au trafic et à la consommation de cocaïne. »

Ferrus se dit chanceux d’avoir derrière lui le groupe de presse RBA, qui publie la revue. « Je sais bien que c’est une forme d’intimidation, mais ce n’est pas toujours facile de travailler avec un couperet sur la tête. Surtout si on est menacé de prison. On ne saura pas à quoi s’attendre avant des mois. Peut-être que les poursuites seront abandonnées. Je ne crois pas que nous serons condamnés. On veut évidemment susciter l’autocensure et nous obliger à nous taire. Si, dans un magazine humoristique, on ne peut plus rire des policiers et du gouvernement, de quoi va-t-on rire ? »

Selon Joan Ferrus, la séparation des pouvoirs judiciaire et politique est loin d’être une évidence en Espagne. Il y a quelques mois, la twitteuse Cassandra Vera a été condamnée à un an de prison et à sept ans de privation de droits civiques pour 13 tweets se moquant de l’assassinat du franquiste Carrero Blanco par les terroristes de l’ETA, un attentat survenu il y a plus de 40 ans et visant le chef d’un gouvernement militaire.

Un climat d’illégalité

« Ces poursuites sont en recrudescence depuis quelques années, surtout depuis que le Parti populaire est au pouvoir », dit la juriste Merce Barcelo, qui enseigne à l’Université autonome de Barcelone. « L’Union européenne s’intéresse à la Hongrie et à la Pologne, mais elle devrait aussi se préoccuper de la séparation des pouvoirs en Espagne où l’on a tourné la page du franquisme sans complètement fermer la porte. C’est ce qu’a mis en évidence le référendum catalan. » Selon elle, les ingérences politiques sont légion dans la justice espagnole et les accusations de sédition portées contre Carles Puigdemont, Oriol Junqueras et deux autres militants nationalistes ne tiennent pas la route puisque, selon le droit criminel espagnol, pour qu’il y ait sédition, il doit y avoir violence. Or, il n’y a jamais eu la moindre violence en Catalogne.

« Cette campagne électorale se déroule dans un climat d’illégalité sans pareil, dit-elle. Avec la mise en tutelle de la Catalogne et l’application de l’article 155 de la constitution, non seulement tous les candidats ne peuvent pas faire campagne, car certains sont en prison ou en exil, mais les Catalans se retrouvent privés d’une partie de leurs droits. »

Le transfert il y a deux semaines de 44 oeuvres d’art religieux du XVe siècle du musée de Lérida, en Catalogne, à la province d’Aragon en offre un exemple. L’affaire a fait la manchette de la campagne pendant des jours. Ce litige qui date de 40 ans a été soudainement tranché parce que la mise en tutelle de la Catalogne a permis au ministre de la culture de Madrid de faire fi de l’opinion de son homologue de la Generalitat, Lluis Puig, aujourd’hui en exil à Bruxelles avec Carles Puigdemont. Ce dernier crie pourtant à la « spoliation ». « Dans des circonstances normales, la Generalitat aurait pu faire appel de ce jugement qui n’en est qu’un de première instance, dit Barcelo. Avec la tutelle, c’est Madrid qui décide et les droits des Catalans ne sont plus protégés. »

Avec plus de 500 juristes, Merce Barcelo s’apprête à adresser à l’ONU une liste de plusieurs centaines d’infractions à la loi et à la constitution espagnole recensées par les experts. Mais elle craint que l’élection de jeudi, qui pourrait se solder par un match nul tant l’électorat est coupé en deux, ne mette pas fin à la tutelle. Le président Rajoy a en effet déclaré que si les indépendantistes étaient reportés au pouvoir, il pourrait la maintenir en tout ou en partie.

Récemment, dans le sapin de Noël de la Generalitat, on a refusé l’accrochage de ces petits rubans jaunes que les indépendantistes portent tous à la boutonnière. Ce vieux symbole catalan est aujourd’hui utilisé pour soutenir les quatre dirigeants nationalistes encore emprisonnés. Jeudi, on s’attend à ce que des électeurs se présentent à leur bureau de vote habillés en jaune. « Vous savez, dit Joan Ferrus, avec la mise en tutelle du gouvernement catalan, l’humour c’est un peu tout ce qu’il nous reste. »

15 commentaires
  • Solange Bolduc - Inscrite 19 décembre 2017 05 h 09

    Fou-rire de Catalans

    Elle sera drôle cette élection, à en mourir !

    Il faudra menotter Rajoy, pour pas l'obliger à rire des Catalans, de telle sorte que tout le monde rira de tout le monde, en attendant le résultat!

    Et si les Indépendantistes remportaient l'élection ? J'ai le fou-rire juste d'y penser!

    À vos crayons les humoristes Catalans.... Unissez-vous !

    • Jocelyne Bellefeuille - Abonnée 19 décembre 2017 13 h 56

      Madame,

      Je ne trouve pas cela très drôle. C'est même pathétique ce qui se passe là-bas. La liberté d'un peuple bafouée, on ne devrait jamais en rire.

    • Pierre Fortin - Abonné 19 décembre 2017 18 h 41

      Madame Bellefeuille, n'est-ce pas de l'humour absurde ? N'est-ce pas l'absurdité à laquelle le gouvernement Rajoy a mené l'Espagne qui porte à rire ?

      J'ai bien peur que cette élection ne règle rien du tout, mais surtout, que Rajoy persiste dans l'entêtement. Et ça, c'est moins drôle.

  • Pierre St-Amant - Abonné 19 décembre 2017 08 h 36

    Non défense des droits

    Ce que je trouve incroyable, c'est la position d'Amnistie internationale qui nous dit ce qui suit: "Nous ne considérons pas les membres du gouvernement (catalan démis) comme prisonniers d'opinion parce qu'ils sont accusés d'actes pouvant constituer un délit." Position rapportée par les médias européens. Comme si les actions des Liu Xiaobo, Raif Badawi et autres résistants n'étaient pas perçues comme des délits par les autorités ... Triste.

    • Nicole D. Sévigny - Abonnée 19 décembre 2017 11 h 13

      Amnistie Internationale...aussi appelée «AM-NÉ-SIE INTERNATIONALE»
      est à la solde du G20 et de son néolibéralisme mondialisant.

      Il serait temps que l'on fasse un grand ménage dans ce monde des ONG et autres "gouvernants non élus" qui font la loi un peu partout de par le Monde.

      Comment...? Je n'en sais foutre rien mais...il doit bien avoir un "logue"
      quelconque qui lit Le Devoir...et qui...

    • André Joyal - Inscrit 19 décembre 2017 11 h 28

      Ayoille!!!!!!!!!
      J'aimerais savoir ce qu'en pense notre section québécoise à qui je verse à vie un montant annuel.

    • François Beaulne - Abonné 19 décembre 2017 11 h 39

      Si cette citation transmise par les les médias européens est effectivement véridique, elle discrédite Aministie internationale. Comme quoi cette organisation de défense des droits de la personne serait teintée de favoritisme partrisan selon le pays où elle s'adresse. On prendra davantage avec un grain de sel ses prononcés sur des incidents se produisant au Canada et au Québec!

  • Gilles Bonin - Inscrit 19 décembre 2017 09 h 37

    On aimerait bien rire...

    Oui, on aimerait bien rire, mais voilà les indépendantistes vont aux élections en rangs dispersés. La tragicomédie de l'automne dernier nous a donné une représentation médiocre. Les indépendantistes ont tenté le fait accompli mais c'était sans compter que Rajoy n'a aucun sens de l'humour et encore moins aucun sens de la vraie démocratie: on a tablé sur le «droit des peuples à disposer d'eux-mêmes», mais les droits international et européen ne reconnaissent pas cela dans le cas des régionalismes. Madrid a eu beau jeu de jouer les kapos de la constitution espagnole. Les indépendantistes ne s'y étaient pas préparés et je crains que les élections prochaines ne reflètent que trop cela. Un seul espoir: le temps qui pourrait surprendre Madrid par la force des choses et le désir profond des catalans -si vraiment ils le veulent, de changer les choses. Pour l'instant, malheureusement ce devra être le replis devant le probable «faux triomphe» de Rajoy et de Madrid.

    • Pierre Fortin - Abonné 19 décembre 2017 19 h 25

      Rajoy a menacé de maintenir la tutelle si les indépendantistes étaient reportés au pouvoir; autrement dit, peu importe le résultat de l'élection. S'il croit ramener ainsi la paix sociale il devra en faire la démonstration ... si c'est possible.

      Comme il est au pouvoir et qu'il l'exerce de façon rigide, il n'y a pour l'instant rien à faire. Heureusement, il n'y a pas de violence, ce qui l'oblige à se justifier devant la contestation, et là-dessus, les Catalans savent y faire.

      Combien de temps faudra-t-il pour que L'Union européenne intervienne pour parler de démocratie ? L'UE ne pourra pas faire silence trop longtemps sans se discréditer.

  • Nicole D. Sévigny - Abonnée 19 décembre 2017 09 h 48

    Quel cran...

    de la part des Partis Indépendantistes Catalans...Des membre, des citoyens et des chefs qui ont le "sens de la répartie".

    Un peu plus d'humour aussi dans la politique québécoise serait bienvenue !
    Un humour cinglant mais juste...un humour partisan mais raffiné ...
    Pas celui que l'on entend et voit dans ces galas, soirées niaises à mourir, et qui
    trouve son chemin malheureusement dans la vie de tous les jours.

    Mais ce qui me touche le plus dans cet article, très bien rendu par C. Rioux, c'est de sentir, humer cette atmosphère, cette ambiance... propre à Ceux et Celles... qui «croient» en un avenir meilleur pour la Catalogne ... leur Pays.

    Grâce que je Nous souhaite à tous et, pour bientôt...au Québec.

    • Solange Bolduc - Inscrite 19 décembre 2017 14 h 06

      Bien d'accord avec vous, Nicole D. Sévigny!

    • Serge Lamarche - Abonné 19 décembre 2017 14 h 24

      Faudrait pas plutôt libérer le Canada?

    • Pierre Fortin - Abonné 19 décembre 2017 19 h 36

      « [...] qui "croient" en un avenir meilleur pour la Catalogne ... leur Pays. »

      Et qui savent que, sur le fond, ils sont dans leur plein droit.

  • Serge Lamarche - Abonné 19 décembre 2017 14 h 31

    Les abuseurs de pouvoir ne sont jamais content

    Il faut le faire quand même. L'Espagne met sous tutelle et force une élection mais menace les gens de ne pas voter pour les partis d'indépendance! Il faudra user d'intelligence en Catalogne pour augmenter la résistance non violente. Pourquoi le pas utiliser le catalan dans toutes les communications, par exemple?