Collision mortelle entre un train et un autobus scolaire en France

Le véhicule scolaire, qui transportait une vingtaine d’adolescents, a été percuté à un passage à niveau.
Photo: Raymond Roig Agence France-Presse Le véhicule scolaire, qui transportait une vingtaine d’adolescents, a été percuté à un passage à niveau.

Quatre enfants ont été tués jeudi et une vingtaine de personnes blessées, dont sept très grièvement, dans une collision entre un bus scolaire et un train régional dans le sud-ouest de la France.

Le véhicule scolaire, qui transportait une vingtaine d’adolescents d’un collège, a été percuté à un passage à niveau vers 16 h à Millas, dans les Pyrénées-Orientales, près de la frontière avec l’Espagne.

Le bilan pourrait encore s’alourdir, sept blessés se trouvant en urgence absolue. Douze autres étaient en urgence relative : neuf dans le bus et trois dans le train, a-t-on précisé de source proche de l’enquête.

Ce drame est l’un des plus graves accidents de véhicules transportant des enfants depuis le drame de Beaune en 1982, qui avait fait 53 morts, dont 44 enfants, dans l’incendie de l’autocar qui les amenait en colonie de vacances.

Selon une image d’un journaliste de la radio France-Bleu Roussillon, le bus a été littéralement coupé en deux dans la collision.

« Toutes mes pensées pour les victimes de ce terrible accident d’un bus scolaire et pour leurs familles. La mobilisation de l’État est totale pour leur porter secours », a déclaré le président français Emmanuel Macron sur Twitter.

   

Le premier ministre Édouard Philippe, qui présidait une conférence à quelques heures des lieux de l’accident, devait arriver sur les lieux en début de soirée.

« Le choc a été violent », a déclaré lors d’une conférence de presse le préfet des Pyrénées-Orientales, Philippe Vignes.

« Le bus a été très gravement percuté, il est très gravement accidenté », a précisé à l’AFP le procureur de la République de Perpignan, Jean-Jacques Fagny, qui était sur place.

La collision, survenue à un passage à niveau, ne manquera pas de relancer la polémique sur ce système de croisement régulièrement décrié pour son danger. Plusieurs accidents y ont déjà eu lieu.

En septembre 1997, 13 personnes avaient trouvé la mort et 43 autres avaient été blessées quand un autorail était entré en collision avec un camion de pétrole, forçant un passage à niveau.

Deux ans auparavant, cinq personnes avaient été tuées dans une collision entre un train et une voiture sur un passage à niveau dans l’Hérault.

Des familles catastrophées

En fin de journée, des familles se précipitaient sur les lieux de la catastrophe, tentant d’accéder en vain au bus et d’obtenir des informations, a constaté une correspondante de l’AFP. D’autres familles étaient reçues en mairie, selon un autre correspondant de l’AFP.

« Le choc a été très violent et on a eu l’impression que le train allait dérailler et se coucher », raconte Barbara, qui se trouvait à bord du train, citée sur le site internet du quotidien local L’Indépendant.

« Des hélicoptères sont également mobilisés pour prendre en charge les blessés », selon ce témoignage. « Les passagers du train sont en cours d’évacuation par la gendarmerie tandis que les secours s’affairent auprès des passagers du bus scolaire. Une opération de désincarcération du bus est également en cours », a-t-elle indiqué.