Le gouvernement May craque de tous bords

La première ministre britannique, Theresa May. 
Photo: Chris J Ratcliffe Agence France-Presse La première ministre britannique, Theresa May. 

Démissions, divisions, scandale sexuel : le gouvernement britannique craque de tous côtés et donne de Theresa May l’image d’une première ministre à bout de souffle, quand elle aurait au contraire besoin de toutes ses forces pour négocier le Brexit.

C’est une série noire qui semble ne jamais devoir prendre fin pour la dirigeante conservatrice.

Il y a eu d’abord la perte de sa majorité absolue au Parlement lors des législatives de juin. Puis son discours raté devant le congrès de son parti, début octobre. Et enfin, dernièrement, deux démissions en l’espace d’une semaine au sein de son gouvernement.

Mis en cause dans le scandale de harcèlement sexuel qui secoue la classe politique britannique, le ministre de la Défense Michael Fallon, un poids lourd du gouvernement, a jeté l’éponge le 1er novembre.

Mercredi soir, c’est Priti Patel, la secrétaire d’État britannique au Développement international, qui a quitté l’exécutif, après s’être affranchie des règles de fonctionnement du gouvernement en rencontrant, à l’insu de ses collègues, des personnalités politiques israéliennes.

« Craintes d’un effondrement du gouvernement après la démission de Patel », résumait jeudi, en une, le quotidien The Times, expliquant que les dirigeants européens se préparent à la possibilité que Theresa May elle-même finisse par sauter avant la fin de l’année.

« Nous sommes un peu inquiets de ce que nous voyons en ce moment au Royaume-Uni, nous voulons un partenaire de négociation fort », a dit à l’AFP un diplomate de l’UE.

Faiblesse

Le caricaturiste du Guardian Steve Bell raillait, lui, l’image désastreuse renvoyée par le « Royaume-Uni dans le monde » en dessinant la première ministre et des membres de son gouvernement paradant sur un drapeau britannique déguisés en clowns grotesques.

« La démission de Patel montre à quel point May est faible », souligne l’analyste Simon Usherwood, de l’Université du Surrey.

Preuve en est, dit-il à l’AFP, la manière dont l’affaire Priti Patel s’est dénouée : au lieu d’annoncer le limogeage pur et simple de sa secrétaire d’État, et d’envoyer au passage un message sans équivoque de fermeté et de détermination, Theresa May lui a permis de démissionner.

« Combien d’autres ministres peut-elle encore perdre avant que le Parti conservateur décide que la situation est incontrôlable ? » s’interroge l’expert, alors que deux autres ministres sont mis cause dans le scandale de harcèlement sexuel. Autant de bombes à retardement potentielles pour Theresa May, qui doit aussi composer avec les gaffes à répétition de son ministre des Affaires étrangères, Boris Johnson, dont beaucoup réclament la tête.

Même constat pour Charles Grant, directeur du centre de recherche Centre for European Reform (CER) : « Le gouvernement s’affaiblit de jour en jour », dit-il, estimant, malgré tout, « que Theresa May sera toujours première ministre à la fin de l’année ».

Car faute de remplaçant solide, et craignant le regain de forme du chef de l’opposition travailliste Jeremy Corbyn, les conservateurs devraient réfléchir à deux fois avant de lâcher Mme May.

Guère tendre ces derniers mois avec la première ministre, Paul Goodman un responsable de l’influent blogue conservateur ConservativeHome, estime qu’elle a toujours la possibilité de redresser la barre.

« Seuls les parlementaires conservateurs peuvent la forcer à partir, ce qu’ils ne feront pas », écrivait-il jeudi dans un billet.

Pour M. Grant, le sort de Theresa May pourrait être lié à sa capacité à faire avancer les négociations sur le Brexit, le plus grand défi que doit relever le pays depuis la Seconde Guerre mondiale.

Ces dernières ont repris jeudi à Bruxelles, mais sans grands espoirs de percée, et, note-t-il, dans un climat forcément en partie troublé par les déboires de Mme May.

1 commentaire
  • Jean-Pierre Petit - Abonné 10 novembre 2017 07 h 08

    Tout bords ou tous bords?

    Voilà la question où mon oeil achoppe! Madame May survivra comme Mère Courage.